Pictures

Salut bande de fifous!

Oui je vous abandonne. So busy je suis, et je sais ça n’est pas une excuse.

Il y a quelques temps j’ai fait tomber mon téléphone déjà pourrit dans les toilettes d’un des plus vieux pubs de London, qui se dit même (comme beaucoup),  être le plus vieux, il s’agit du pub le Ten bells. Apparemment, autrefois, une des victimes de Jack the Ripper avait l’habitude d’y faire le tapin.

Bref, tout ça pour vous dire chers amis, que oui j’ai changé de téléphone . Je fait donc partie maintenant de l’élite des photographes médiocres, et de la ligues des instaconnasses.

Vous pouvez donc me suivre sur Instagram at l0velyl0nd0n (avec des zéros à la place des O) où je publie pour l’instant essentiellement des photos de London. Ainsi que sur facebook et twitter, où il se passe certainement plus de choses qu’ici!

Sur ce… Le bonjour chez vous.

*A*

Publicités

Hello! Hello! (oxford/avirons/street art)

Quelle titre plein d’enthousiasme.

Aujourd’hui c’est le grand retour de la poète qui m’habite. Nan, pas du tout, c’est juste que j’ai enfin décidé de me sortir les doigts… Ça c’est de la poésie!

Les températures se radoucissent enfin sur l’english capitale, le printemps fait lentement son arrivée, lentement, trop lentement… J’ai mis la moumoute polaire de 30 kilos de côté mais pas au placard, parce que des fois, tu t’y attends pas et booom averse de neige. Donc bon… soyons prudents. Bref j’ai ressorti le trench et rien que ça.. ça fait du bien… So!, je vous cache pas que le blog est un peu à l’abandon. Mes posts s’espacent et je suis de moins en moins motivée pour vous raconter Londres, du coup dans quelques temps le blog subira surement un petit lifting, ou un changement de cap, un nettoyage de printemps, un ravalement de façade, appelez ça comme vous voulez. J’attends juste de trouver l’idée du siècle, ou du moins de piocher la bonne dans les mille idées du siècle (genre) qui gravitent dans ma cervelle.

Dernièrement j’ai fait pas mal de petites visites by myself.

Il y a quelques temps j’ai eu envie  de sortir de la ville. Quelques tips attrapés de ci de là, et hop mes fesses se retrouvèrent dans un bus direction Oxford.

Alors pour ceux qui ont pas de trop tunes, ni de voiture : Le bus X 90 pars de la gare Victoria plusieurs fois par jour, toutes les heures maybe, bref vous pouvez checker sur gougle. J’ai acheté directement mon billet dans le bus. Le chauffeur bien aimable m’a demandé si je bénéficiais du tarif étudiant (non) ou young people (surement) du coup j’ai payé £13 l’aller retour. Cool!

oxford est une ville magnifique, même sous les gros nuages gris, surtout sous les gros nuages gris en fin de compte...

Oxford est une ville magnifique, même sous les gros nuages gris, surtout sous les gros nuages gris en fin de compte…

Il se trouve que je suis arrivée lors de la célébration des 100 ans de BMW. J’ai mis quelques photos des voitures de  ma collec’ que je leur ai prêté pour l’occasion.

La visite à se payer absolument, c’est celle de la Bodleian Librairy, ou Bibliothèque Bodleiènne pour les non-bilingues. J’ai pas regretté c’était magnifique.

Le seul endroit où les photos sont autorisées, le rez-de chaussée de la bibliothèque. Cet endroit est très important dans la vie d'un étudiant d'Oxford. Il y est accueilli lorsqu'il rentre à l'université (ce qui n'est pas une mince affaire) et il y passe ensuite lorsqu'il reçoit sont diplôme.

Le seul endroit où les photos sont autorisées, le rez-de chaussée de la bibliothèque. Cet endroit est très important dans la vie d’un étudiant d’Oxford University. Il y est accueilli lorsqu’il rentre à l’université (ce qui n’est pas une mince affaire) et il y passe ensuite lorsqu’il reçoit sont diplôme. Oxford est une université gratuite, mais vous l’aurez deviné, la sélection d’entrée y est drastique.

Je n’ai pas beaucoup de photos valables de la Bodleian hélas, car il y avait pas mal de gens ce jour là, donc sur chaque photo il y a une face de chinois en gros plan… Mais bon, le plafond est plutôt pas mal non?

The Hertford Bridge, or The bridge of Sighs, soit le pont des soupirs, en référence au pont des soupirs de Venise.

The Hertford Bridge, or The bridge of Sighs, soit le pont des soupirs, en référence à celui de Venise.

Bref je me suis promené dans la ville, profitant d’un ciel clément, comprendre : malgré les gros nuages dégueulasses je n’ai pas eu à subir la pluie. Je me suis pris une carte de la ville, et j’ai tenté de suivre un itinéraire, mais en fait même pour ce genre de chose je suis brouillon. J’allais ou bon me semblait, en faisant des boucles et des détours. J’ai enjoyé myself quoi.

Je vais vous épargner toutes les photos et trucs historiques que j’affectionne. Le mieux si vous êtes à Londres ou en UK, c’est tout de même d’y aller. Je n’y suis restée qu’une journée, il y a donc surement pleins de choses à faire à Oxford que je n’ai pas pu faire.La prochaine fois je visite Cambridge évidemment… quoique.

Boat Race

Le 31 mars, j’ai pu assister à la boat race annuelle entre Oxford et Cambridge. Oxford a gagné cette fois, les bleus foncés youhou!!!

Plus je vais à des évènement plus je me dis qu’en fait, les anglais cherchent juste des prétextes pour se remplir de bière. L’ambiance n’était pas phénoménale, (tu me diras c’est que deux outriggers qui passent en deux secondes) par contre tous les pubs le long de la tamise étaient bourrés (comme les gens) à craquer, et ne parlons pas des toilettes de chaque pub, en plus de ceux installés dehors pour l’occasion. Ben oui la bière avant de te laisser un bide flasque, ça te fait pisser!

Vive les pubs

Vive les pubs / Il faisait un temps merveilleux en cette journée de printemps 2013.

Une vague de cris arrive petit à petit jusqu'à nous... et les bateaux passent en deux secondes (et oui, ça fait trois quart d'heure qu'on se pèle le luc entre un groupe de chinois (les mêmes!) et des répliques anglaises de Véro et Davina).

Une vague de cris arrive petit à petit jusqu’à nous… et les bateaux passent en deux secondes (et oui, ça fait trois quart d’heure qu’on se pèle le luc entre un groupe de chinois (les mêmes!) et des répliques anglaises de Véro et Davina).

les caméras, tout le bazar et son train...

Les caméras, les sponsors, tout le bazar et son train…

Pipi pipi pipi pipi pipi pipi pipi pipi pipi

Pipi pipi pipi pipi pipi pipi pipi pipi pipi

Street Art

La semaine dernière, sous les bons conseils de cette fille , je suis allée faire un Alternative Walking Tour. Le départ se fait de old spitafield market, et la visite nous mène jusqu’à Brick Lane, Shoreditch et aux alentours dans l’East end. Cette promenade passe en revue le steet art très présent dans cette zone, l’histoire du quartier également, ou comment l’argent et les investisseurs font disparaître l’histoire et l’aspect typique d’une ville, pour en faire une ville dynamique, compétitive et mondiale. A la fin de ce walking-tour, vous pouvez donner ce que vous voulez, c’est ainsi à la portée du budget de chacun. C’est tellement chouette que tu ne peux pas partir sans rien donner.

Pendant le walking tour vous aurez peut-être la chance (tout dépend des oeuvres présentes sur le moment) de croiser des travaux d’artistes comme : Stik, Roa, C215 (roi du pochoir), Anthony Lister, Cranio, (les vieux :Banksy et Invader) et j’en oublie. Je ne mettrai pas de photos car ce sont vraiment des oeuvres à découvrir en se promenant, seul ou pendant le Walking Tour, des oeuvres cachées par ci par là, puis qui disparaissent pour laisser place à d’autres.

East of London. C'est par ici que vive Gilbert & George...

East of London. C’est par ici que vive Gilbert & George

Non, le Street Art ça n’est pas du Graffiti.

Stencil master piece. Pochoir, et pas crayon comme j'ai pu le lire je ne sais où...

Stencil master piece. 
Pochoir, et pas crayon comme j’ai pu le lire je ne sais où… (seulement la signature)

Le street art est bien plus constructif et communicatif. Les tags sont fait pour détériorer, laisser un empreinte et font tout sauf embellir un endroit déjà pauvre, sale ou abandonné. Il y a un gouffre entre les deux. Promenez vous dans la rue, ce que vous verrez d’abord ce sont les graffitis. Ils sont là, sur les murs les plus visibles et tu te les prends dans la face. Le tagueur est là pour laisser son empreinte et parler de lui, de son crew, de sa connerie, et des fois ça peut donner,certes, quelque chose d’esthétique.

Le Street art se mérite, se cherche. Il est souvent caché dans les recoins inattendus. Des fois vous pourrez voir des petites sculptures minuscules, assises sur des corniches, ou des peintures immenses à côté de laquelle vous passez sans vous en rendre compte d’habitude. Bref, ne regardez plus vos pieds, levez le nez, élevez votre esprit. Vive le street art!

La petite anecdote.

Je me suis donc rendu à cet Alternative Walking Tour, on était environ une vingtaine. Il se trouve que dans ce groupe il y avait la famille du guide : Mère, tante, grand-mère, petits cousins. Lorsque la tante et la mère on découvert que j’étais française (oui j’ai encore fait une mimique quand le guide parlait de l’importance des frenchies dans l’histoire du quartier) elles sont directement venues me parler. D’abord la mère qui m’a demandé ce que je faisais là toute seule. J’te cache pas lecteur qu’elle aurait essayé de me caser avec son guide de fils que ça ne m’aurait pas dérangé. Est venue ensuite la tante, qui surveillait ses gamins qui étaient collés au guide, leur cousin donc. Et là elle me raconte que c’est son neveu blabla bla, qu’il est aussi artiste… Une de ses oeuvres se trouve d’ailleurs dans le Walking tour. Elle a clairement fait de la pub pour son neveu et elle a bien fait. Il se trouve que mon guide ce jour là, c’était Ben Slow. Un (street) artiste qui monte, et j’ai décidé moi aussi d’en faire la pub, parce que les artistes qui se battent le méritent! Pour le site cliquez sur le nom!

(j’traduit la bio (en gros) pour les non-english friendly)

Ben Slow a fait ses armes aux Beaux arts et est diplômé de University of Creative Arts de Canterbury. mais bon, comme beaucoup d’artistes, les cours le déçoivent que ce soit au niveau du monde de l’art ou de son avenir d’artiste.

Il s’installe à Londres, et trouve un job apparemment, mais la vie plan plan le gave. (oui je suis traductrice professionnelle pourquoi?)

Inspiré par la richesse du street art à London, il se remet à peindre. Il poste sont travail sur internet et reçoit plein de retours positifs. Et là, grande classe, on le charge de réunir une équipe d’artistes pour faire une fresque au Royal Albert Hall. C’était sa première oeuvre grand format, et ça lui a donné confiance et envie d’en faire d’autres qu’on peut voir aujourd’hui dans les rues à travers le monde… cool nan?

Voilà pour le principal hein… le reste c’est sur le site!

Pour ma part, je compte bien refaire des trucs avec Alternative London. Ils proposent des Bike tours, des pubs tours, et aussi un Workshop qui a l’air pas mal!

la bise johnny!

A bientôt!

*A*

Five months list.

Science Museum

Science Museum

Je m’appelle Mandi chez starbucks (chez qui je ne vais que lorsque je n’ai pas le choix), pendant qu’une asiat’ m’appelle Amazone, et les allemands  Amonzine.

J’ai évité à un homme endormi de finir au dépôt en lui tapotant sur la tête avant de descendre du bus. Il s’est levé pour demander au chauffeur où il se trouvait, pendant que dehors j’enjambais le vomi d’un mec qui était sorti juste devant moi.

J’ai vu un homme faire pipi dans une bouteille à Bank. (au moins c’est propre)

J’ai vu un mec promener son python, et une fille promener son oie.

J’ai chanté avec un sdf qui était en colère.

J’ai dit au revoir à une copine qui a quitté le pays, déjà.

J’ai gouté un italien.

J’ai goûté un anglais.

Je me suis retrouvée dans une soirée lesbienne, gay et trans-genre.

J’ai dansé des heures.

J’ai marché des kilomètres, sous la pluie, le vent, la neige mais aussi le soleil.

J’ai bu des bières et du cidre.

J’ai été russe, polonaise et espagnole.

J’ai attendu des heures: les bus, les gens, les enfants.

Je pensais qu’il n’y avait rien de plus ennuyeux que de surveiller un gosse dans un parc. Faux! Il y a aussi l’éveil musical pour les enfants de 2 ans, les cours de natation…

J’ai été à des concerts (et ça n’est pas fini).

J’ai été dans des musées.

J’ai pris des centaines de photos.

J’ai pleins de nouveaux numéros dans mon répertoire que je n’utiliserai jamais. (de toute façon même quand je les utilise on me répond pas alors…)

J’ai eu de la visite.

J’ai ri (pas assez) et pleuré (un peu).

J’ai été agacée par les français qui étaient agacés par les français…

Je suis maintenant agacée par les français.(pas tant que ça hein!)

J’ai détesté janvier.

Je ne suis plus gênée par la pluie.

J’ai froid.

J’ai des copines.

J’ai rencontré des gens fous et bizarres.

J’ai fait la guide et la touriste.

J’ai commencé « Pride and prejudice ».

Je ne suis pas bilingue.

J’adore la Worcestershire sauce on toast.

Je bois des litres de thé. Fidèle compagnon réconfortant, réchauffant le corps et l’âme. (on fait avec ce qu’on a, hein!)

Je m’émerveille.

Je suis une autre.

Je vis.

J’ai 5 mois.

I am a Londoner.

Clouds above London

Clouds above London