J’ai testé Pour vous…

Galère en UK.

Ramer, ma grande passion.

Ramer, ma grande passion.

Me revoici, telle la marmotte sortant de son trou, telle l’oursonne quittant son dodo d’hiver. Le soleil, deux trois jonquilles et surtout un p***** de taff. Un travail, un boulot, un fucking JOB les gars…! Du coup maintenant que j’ai pleins de truc à faire, je m’en rajoute un peu avec un petit article! Alors ça va? Vous avez passé un bon hiver? Vous avez fait quoi de beau? Pour ma part, je me suis occupée avec une activité des plus ludique et excitante; La recherche d’Emploi. Je viens donc partager avec vous cet expérience Ô combien stimulante pour l’estime se soi. -_-

 

Blablabla Londres est une ville merveilleuse, c’est pas un scoop, une fois de plus hein…! On a bien compris le concept. Et chaque jour, des nouveaux expats arrivent la tête pleine de rêves dans l’eldorado gris, pluvieux pollué mais au combien vivant et changeant. Londres une ville où tout semble possible au premier abord, mais aussi, où tout semble carrément impossible quand on a pas de tunes, et qu’on est en plein milieu du mois de Janvier.

J’ai donc testé pour vous pendant 5 mois, *GALERER EN UK*.

Toutes les opinions qui suivent sont mes propres constatations, et je ne suis pas là pour dire à qui que ce soit ce qu’il a à faire, mais bon si je peux aider hein… sait-on jamais.

Après un stage de trois mois, dans une boîte sympa, dans l’agréable quartier d’Hampstead Heath, je me suis retrouvé face à la difficulté de chercher un travail à Londres. Un  travail assez ciblé. * Donc évidemment, mon but pour évoluer ensuite, c’était pas d’aller servir des cheese sans cornichon aux pélos bourrés sur Picadilly circus jusqu’a 1h du mat. Je ne critique pas ces jobs là, que j’ai fait aussi, n’allais pas me prendre pour une petite fille gâtée.

1 : Comment chercher du travail efficacement à Londres.

Alors, si vous cherchez dans une branche particulière, ce qui était mon cas, mais que vous n’avez pas trop d’expérience : « GUMTREE.com est votre bible ».

Si vous cherchez un boulot de survie : GUMTREE.COM est encore votre Bible.

Et Monster aussi un peu… Le niveau est un peu plus ‘pro’, et c’est moins la cour des miracles que Gumtree. Attention, ne pas oublier le mot miracle.

Pas la peine de souscrire à tous ces sites qui te demandent d’uploader ton cv. Ça ne sert strictement à rien, à part pourrir ta boîte mail de newsletters moches, avec les mêmes offres d’emploi du Lundi au Vendredi. Je parle des sites comme Joboso.com, Jobnews, NewJobs Matcher, Totaljobs,  JobMad, BlowJob oui! et j’en passe……  Ah et puis LinkedIn quand t’es même pas un Junior, ben ça te Link pas du tout, tu peux te la caler derrière l’oreille comme dirait l’autre. C’est pas le patron de GQ qui va venir  te réclamer, pour sûr. Puis faudra qu’on m’explique quel est le but d’ajouter des gens avec qui tu n’as pas travaillé. Pourquoi? ça aide? Ou c’est juste un concours là aussi de qui aura le plus de relations pro?

Oui ça peut paraître complètement basique mais avec des sites comme Gumtree, vous trouvez toute sortes de boulots, même des plus saugrenus. Et surtout vous rentrez en contact avec des gens, et pas des ordis bidons.

Bon, faites quand même attention, parfois il y a des offres qui ont l’air toutes simple, sauf que par la suite on t’appelle et on te dit, par exemple si c’est pour être Nanny, « la famille cherche une française, ils payent 400 par semaine mais avant ils veulent que vous passiez votre brevet de secouriste. C’est £100 ». Jusque là bon… Et ensuite ils te disent « on a une place de libre pour passer le diplôme samedi matin, si vous réservez, on vous book en même temps un entretien avec la famille ». Là si tu leur demande le nom de la boîte, ils vont te donner un nom super basique et universel, genre NannyWorld, HomeHelp, des vieux noms moisis, pour bien que tu galères sur Google. Et ensuite comme ils savent que tu vas checker online pour voir si c’est la truth t’as vu, eh bien ils te disent vite « si vous voulez participer au cours, il faut payer tout de suite, vous avez vôtre CB sous les yeux? » MAIS BIENSÛR MADAME, je vous donne en prime toutes  mes petites culottes polka dots.

Ou alors,  vous allez envoyer un cv, et là on vous demande une photo. »Pliz coul yu sent piture? » Et quand tu google la face du type qui embauche, tu te demandes si tu vas pas finir sur un réseau d’Europe de l’est.

Sinon à part ça…?

Gumtree c’est vraiment cool, tous les entretiens que j’ai décroché c’est grâce à des annonces que j’y ai trouvé. Il faut bien sûre rester vigilant, toujours checker les adresses, les numéros de téléphones, les lieux, bref, la logique du schmilblick. Si ça sent le roussi ne pas y aller. Ou y aller accompagné avec un poing américain, on un pote qui aime bien taper.

2. Changement de Plan

Le temps a passé, et je me suis rendu compte que mes économies ne tiendraient plus longtemps, ou plutôt je me suis rendu compte que chercher un travail ciblé était bien plus difficile qu’il n’y paraissait. J’ai donc commencé à chercher un ‘travail de survie’ (car je me concentrais principalement sur le graphisme) ET PUIS….

J’ai  demandé la JSA. Job Seeker allowance. C’est une aide de l’Etat, qui de loin ressemble au chômage, et qui de près ressemble plutôt à la somme que te donnais la petite souris quand tu perdais une dent. Car oui, même si tu es un expat, on veut bien t’aider, un peu,  à galérer plus longtemps.

Si vous avez des roues de secours, et que vous pouvez éviter la JSA, c’est tout le mal que je vous souhaite. Moi j’avais envie de me débrouiller toute seule, parce qu’on peut pas tous se faire entretenir pas nos proche, puis c’est toujours chiant de demander. Puis même, c’était mon challenge quoi.

Ainsi commencèrent les joies du Chômage anglais.

Quand en France tu peux avoir 900 euros par mois, et pointer … euh… tous les mois/semaines je sais plus…  Ici, quand t’as plus de 25 ans, tu reçoit £70 par semaine. ET c’est tout. Tous les quinze jours tu dois te rendre à un rendez vous avec ton conseiller, et prouver que tu as postulé à n’importe quel boulot au moins 10 fois par semaine. Si ça n’est pas le cas, on diminue ta JSA immédiatement. De même si tu loupes un RDV.

a) Comment faire la demande Job Seeker Allowance. (Préparez les rames.)

Déjà, il faut vraiment avoir besoin de tunes pour faire la demande. Ça prend du temps et c’est contraignant. Leur site  rencontre tout le temps des problèmes, c’est d’ailleurs la première chose qu’on te dit quand tu vas au training « obligatoire ». Tout est fait pour te dissuader de réclamer des tunes. Ainsi, l’inscription en ligne dure environ 30min, mais il se peut que tout plante en plein milieu, et donc il faut tout recommencer de A à Z. Un bonheur sans nom… ah si, erreur 404.

Une  fois la demande effectuée, là par contre ça traine pas. On te donne RDV. Un rendez vous pour finaliser l’inscription. Ensuite on te donne un autre RDV pour rencontrer ton conseiller qui ensuite te donne ton premier RDV JSA, celui qui a lieu tous les 15 jours.

SU-PER   RE-LOU

ET tous les 15 jours, tu dois montrer à ton conseiller tout ce que tu as fait pour chercher du travail (lettre, recherche, vente de ton corps). ET Peu importe que tu sois avocat, ou écrivain, parce qu’à Tesco ils recherchent des gens pour ranger les étales, et nettoyer les sols.

b) Le ‘stage’ obligatoire. #bigjoke

A un moment donné, lors des RDV, on te demande si tu serais ‘interessé’ de participer à un « training » sur 3 jours pour apprendre à faire des cv et entretiens d’embauche. Et bien évidemment, tu ne peux pas dire non.

Inutile de vous préciser qu’absolument rien n’est adapté au besoins des demandeurs d’emploi. Dans mon groupe il y avait des profiles extrêmement différents. Je n’avais pas besoin qu’on me distribue des polycopiés de modèle de CV. Depuis le temps que je cherchais à faire du Graphisme, vous pensez bien que mon cv était bossé à la virgule près, changés 250 fois et bidouillé pour chaque candidature.

Dans ce groupe de training il y avait un SDF qui vendait le Big Issue, une femme qui après avoir élever ses gosses cherchait un travail, un mec qui avait travaillé dans un pressing, une caissière, des vieux, des moins vieux… Des gens qui savait à peine lire, ou qui ne comprenait pas qu’on était en train de faire une simulation d’entretien d’embauche (ma patience à ce jour là trouver ses limites). Et au milieu il y avait une fille qui s’appelait Olympia. Une vidéaste de 25 ans. Qui elle aussi sait faire un CV, sait ce que sont LinkedIn, Twitter et Facebook. Sans elle j’aurais surement passé les 3 jours les plus inutiles de mon existence.

Bref rien n’est adapté, certains aurait eu besoin d’un training personnalisé, certains aurait eu besoins qu’on leur fasse leur CV, qu’on les aide vraiment, qu’on leur montre comment utiliser un ordi…  mais si à Londres on avait  du temps pour le cas par cas ça se saurait.

Triste.

c) Les objectifs.

10 candidature envoyées par semaine. Voilà.

La première choses qu’on te dit quand tu arrives au training : « si vous voulez faire des candidatures efficaces et correctes c’est IMPOSSIBLE »

Moi je ne me suis pas genée pour le copié /collé, alors, oui, c’est possible de rester chez soi toute la journée et de poster entre 10 et 35 cv par semaine. De copier coller le même barratin ‘j’adore la mode’, j’adore la finance’, ‘j’adore la cosmétique’ ‘j’adore le golf’ ‘j’adore les sandwich’… Est ce que c’est efficace? Pas sûre. Et c’est dur de faire ça chaque jour sans aucune réponse. De ne pas se décourager. Vous me direz, rester chez soi à envoyer des cv, c’est toujours de l’argent sauvé qui ne brûlera pas dans ta fucking Oyster Card.

C’est possible aussi car j’ai une endurance à l’ennuie assez développée, et que je n’ai pas de gosses ou autre activités relous à gérer. ahah!

Lors du training, on te dit aussi de ne pas chercher de travail sur le site du Job center, car il ne fonctionne pas. Par exemple, si vous rechercher un travail à Londres, le site vous redirigera vers des Job qui se trouvent à Glasgow ou  Manchester, ou vers l’erreur 404. Aberrant.

3. Petits Boulots

Grâce à Gumtree j’ai pu trouvé des petits boulots ou des opportunités assez interessantes.

J’ai par exemple travaillé à la Mansion House pour les banquets. Alors non je n’ai pas vu Boris, mais j’ai vu La Lord Mayor de la city, ou encore l’Archibishop de Canterbury. J’ai aussi pu assister à une dégustation géante des vins de Bordeaux. 25 tables de 10 peronnes, et presque autant de bouteilles hors de prix, et pas le droit de toucher :(. Toute sorte d’évènement se tiennent à la Mansion House, comme des Banquets de confréries. Genre la confrérie du pudding… Oui je ne me rappelle plus de celle que j’ai vu. Bref Boulot de Survie mais expérience interessante !

J’ai aussi fait du social média management « volontaire » qui aurait pu déboucher sur un poste payé à temps plein, et aussi bien sûr du baby-sitting. Cette fois c’est juré, les prochains nains dont je m’occuperai seront les miens.

4.FINALLY

Pendant que je faisais ces trois petits boulots en même temps j’ai un peu lâché la bride concernant le graphic design. Et puis un Vendredi, j’ai vu 5 annonces intéressantes, j’ai posté 5 CV, et la semaine d’après j’avais 3 interviews. MIRACLE. Peut-être qu’au mois de Mars tout le monde embauche allez savoir. Cette connasse de roue à enfin tourné. Maintenant je travaille, et plus je suis occupé plus j’ai envie de m’occuper. Normal.. travail = tune= vie = estime de soi aussi

Donc voilà, j’espère que cet article aidera certains d’entre-vous à trouver ce qu’ils sont venu chercher ici à London ville hors de prix. Bon courage aussi à tous ceux qui cherchent ailleurs. C’est pas une mince affaire. L’important c’est de ne pas abandonner et de bien s’organiser au niveau de ses économies, du logement et autre truc chiants. ET surtout, d’avoir des proches qui vous soutiennent et croient en vous!

 

TIP : Faire le zombie devant Gumtree ça aide. Beaucoup d’annonces sont publiées vers 2h du mat, et en journée pensez à rafraichir votre page internet constamment. Les premier arrivés sont les premiers servis. 

TIP 2 : Pour la JSA il faut un NIN of course!

TIP 3 : Les chances d’être embauché maintenant en Mai sont plsu grande qu’en Janvier évidemment. Et cela peut dépendre aussi de votre expérience. Mon colloc a trouvé un travail en 4 jours.

Tree near Portobello

Tree near Portobello

GOOD LUCK

 
*A* 
 
*Il y a un an et demi je suis arrivée comme au pair. J’ai voulu rester pour commencer réellement ma « carrière » en graphisme. Je suis arrivée ici avec un diplôme et deux valises…. Je vous passe les détails… Puis j’ai trouvé un stage payé.

 

Busy

myoldkeds

(vous connaissez Photograpieds?)

Yo

Oui je sais, ne fais pas cette tête. J’avais promis de mettre mes photo du Carnaval, de Kew Gardens et de Canterbury … mais que veux tu… pas que ça à faire non plus t’as vu?

Enfin promis, promis… j’ai juste dit « bientôt » quoi…  

Figurez vous qu’en ce moment je suis en train de déménager.  Ou plutôt d’empaqueter et de trier le contenu de ma chambre, pour laisser la place à la nouvelle au pair. Quant à moi je vais bouger dans la chambre du haut en attendant de finir mon stage prolongé jusqu’à septembre. Et après… ben on verra.

En tant que fille extraordinairement bien organisée et ordonnée, je fais cette semaine des découvertes merveilleuses…

-des carnets de timbres que je croyais avoir perdu, alors qu’en fait non, il sont juste rangés… mais parfois je ne me souviens pas d’avoir ranger quoique ce soit… je suis donc bien une fille ordonnée, j’ai juste une mémoire de poisson rouge.

-des races d’araignée très charmantes

-mon endurance à la poussière

-ma capacité à accumuler les cartes de visites et autre flyers, juste parce que ils sont « jolis »…

Bref… En ce moment, quand je ne reste pas 2h de plus au bureau ( parce que tu vois dans la vie on a des priorités d’adulte -_-, les deadlines tout ça… ), quand je ne suis pas dans les transports en commun pour traverser Londres de haut en bas, je pack ma chambre… Donc le blog … comme dirait Muriel Robin dans ce sketch, « c’est pas pour 3 ******** qui vont téléphoner hein… » .

Attention, je ne dis pas que vous ne les verrez pas ces photos, je dis juste qu’elles vont mettre du temps à arriver quoi… si je dois faire un choix stratégique, je vous montrerais les photos de la très jolie ville de Canterbury.

En attendant, vous pouvez toujours aller visiter ma page facebook, pour voir les teasers de ce que je ne publie pas ahah.. ou aussi aller sur mon twitter pour découvrir des commentaires sur ma vie passionnante. Ou vous pouvez essayer de me trouver sur pinterest…

Bon je retourne trier ma paperasse et écrabouiller des araignées….

Baci, (oui je me suis mise à l’italien)

*A*

The big red fellows of my loneliness

Big, red (gros,rouge)… vous l’aurez deviné (les petits malins du fond à l’esprit mal placé sont priés de se taire), c’est bien des bus Londoniens dont je vous parle…

Le beau temps de cette semaine!

Le beau temps de cette semaine, vu du bus.

Si tu es dépressif tu peux tout de suite aller voir ailleurs. Ici, ici, ou encore ici, ou ici, ou ici si tu affectionnes les hipsters, si tu ne sais pas qui je suis tu peux aussi cliquer ici. Et si vraiment tu ne sais pas du tout ce que tu fais là, eh bien je t’en prie… clique.

First of all…

Je suis assez solitaire comme personne, je pense que c’est une des qualités (en est -ce vraiment une?) à avoir quand on est au pair. Car même en tant que solitaire, au bout d’un moment c’est assez triste de garder des marmots et de faire des sorties toute seule.

Il y a des week-ends comme aujourd’hui ou je me sens un peu « down ». Je me force pourtant depuis le début à sortir seule, et à aller me mêler aux gens, à aller à des events, des meet-ups, à me bouger quoi. J’ai pu aussi faire des connaissances aux cours d’anglais: des espagnols, une allemande, une lituanienne, une irakienne, des turcs, un russe… mais c’est toujours difficile de garder le contact. Beaucoup de gens ont déjà leurs groupes d’amis, les espagnols sont entre espagnols les français entre français… tout ça ajouté à mon approche particulière des gens (lol ou pas) …bref la vie sociale d’une au pair c’est un peu la mort. Des fois je suis tentée d’aller vers les Français, et parfois c’est un traumatisme, parfois une bonne surprise.

Justement tout-à-l’heure, en tripatouillant tristement mon sachet de thé dans ma tasse, je me disais que certes je savais qu’il y avait beaucoup de français.. mais je crois pas à ce point là. J’ai beau me retrouver dans des endroits un peu isolés, je tombe toujours sur des français… partout, école, parks inconnus, musées, pubs inconnus… A-bu-sé. On est partout. On peut tous voir aussi que de plus en plus de jeunes gens quittent la France. Direction Québec, Toronto, Brisbane, Londres, Berlin… Etre expat’ est devenu d’un banal! M’enfin je m’étale encore…

Bon, faut que je dise que je me suis quand même fait quelques copines… mais il n’empèche, je passe la majorité de mon temps libre complètement seule. Un des problèmes des grandes villes paraît-il. Surtout ici, tout le monde arrive, tout le monde repart… un ami pour six mois, des potes pour une semaine… friends à durée limitée. Heureusement il y a les réseaux sociaux, qui entretiennent bien l’illusion… et Skype pour la famille.

Au pair depuis huit mois donc, je dispose de pas mal de temps de libre surtout le matin. J’ai visité Londres en long en large et en travers, mais je ne prétends pas y avoir tout vu. Pour me déplacer je marche, et surtout je prends les bus. Ces gros bus rouges qui malgré leur taille se faufilent partout, j’ai toujours pensé que les chauffeurs étaient des warriors.

J’adore prendre les double-decks. Je me mets toujours sur l’upper-deck (quand je suis pas flanquée d’un gosse, d’une trottinette  et quand mon trajet dure plus de 5 minutes),contre une fenêtre, et je pourrais y rester des heures, à regarder la ville passer. J’aime savoir que je dois aller de l’autre côté de la ville en bus, quand j’ai le temps, et surtout quand je traverse des lieux encore inexplorés. Parfois je me rajoute des arrêts, juste pour me laisser bercer encore un peu.

Certes, le bus, ça n’est pas toujours l’extase. Surtout aux premières chaleurs (mais si! tu sais la semaine dernière là, entre 11.00 am et 02.12 pm pendant 3 jours!) quand le bus et blindé, ou le matin à l’embauche. Les odeurs tout ça, en fin de journée hmmm!

D’ailleurs je ne sais pas pourquoi, mais dans mon quartier, énormément de gens sentent la naphtaline. Je ne connais pas du tout la raison du pourquoi du comment, mais ça chlingue l’antimite. Southwark doit être envahie de ces vermines, va savoir! Toujours est-il que matin, midi, soir, y’a toujours un pélos qui pue le fond d’armoire miteux.

Peu importe le moment de la journée ou vous prenez un bus rouge, il y aura toujours quelqu’un qui parlera très fort dans un téléphone. Dans sa langue natale (espagnol, arabe, wolof, coréen), on a l’impression qu’il communique avec l’autre côté de la planète, tentant de se faire entendre au delà des grésillements. C’est incroyable, à chaque fois que je prends le bus, il ya toujours quelqu’un tentant de conclure une affaire ou d’engueuler son conjoint à distance. Hier une femme à côté de moi commençait à s’énerver grave, elle ne se rendait pas compte qu’elle hurlait carrément avant que je la regarde d’un air effrayé moyen aimablesitunecessepastoutdesuitejesorslelanceflammemerci. Est-ce typique de mon quartier? Pas sûre…

Les Bus rouge sont donc les compagnons de mes journées mais aussi de mes nuits!

Le week-end, comme toute fille qui sort, je suis souvent à la bourre, je prends donc toujours le métro, mais pour rentrer la nuit pas d’autre choix que le bus. La chaleur, le mouvement et la bière n’aidant pas, c’est une lutte de tous les instants pour ne pas tomber de sommeil, la joue écrasée contre la vitre, le filet de bave le long du poignet qui retient notre tête lourde, à quatre heure du mat’ en revenant de Dalston. Quoi qu’il arrive il y aura toujours un bus pour te ramener chez toi. Même si tu le maudis pendant que tu l’attends 20 minutes dans le froid. (« la fille elle est timbrée elle croit que les bus sont ses amis quoi… elle doit vraiment être au fond du trou… ») J’aime bien personnifier les moyens de transport. La voiture, le vélo, toujours là pour te ramener, tant que t’as des jambes pour pédaler… c’est quand même une invention de malade non? Moi mon vélo c’était l’homme de ma vie (utile et silencieux ahah), puis un jour on me l’a volé… je m’en suis toujours pas remise t’sais…

C’est dans les bus que je pense à mon avenir, que je commence à écrire mes articles, que je pense ou me souviens… comme sous la douche.

C’était donc une déclaration d’amour, ou plutôt d’amitié, aux Gros Bus Rouges. Vous remarquerez que je ne vous parle ni de modèle, ni de marque, parce que sincèrement je m’en bas les reins, tant que ça roule. J’ai pris plusieurs de mes trajets en bus en vidéo (en partie hein), je voudrais en faire un petit montage ( et du tri…car l’ensemble doit bien durer 3h..), que je publierai un jour peut-être sur ce blog.

See you…

*A*

Tête de livre/ Gazouille 

ICI LONDRES

J’ai l’honneur, le plaisir et la joie de vous annoncer que ce mois-ci dans « Blogs d’expats » du magazine Ici Londres, c’est Bons Baisers From London qui est a l’honneur! On m’a en effet proposé d’écrire cette petite chronique d’expat du mois d’avril, trop chouette!

Mon texte est illustré par la très chouette Lili Bé dont voici le blog : 130 cartons, vous pouvez aussi la retrouver dans ma blog roll!

icilondres35

Pour lire le magazine des français à Londres en ligne c’est par ici!

Quant à moi vous pouvez me retrouver sur Twitter, ou Facebook.

Je vous laisse découvrir mon texte à la source donc, soyez indulgent, les contraintes étaient drastiques! (oui j’exagère ).

En introduction à mon oeuvre(#modestie), je dirai qu’avril, eh bien c’est le temps des fleurettes et du renouveau, des arbres qui bourgeonnent, du soleil qui colore nos joues, des oiseaux qui chantent le love et…Pfff tu parles! Ici c’est toujours Irkoutsk, et toujours aucune trace du love ni du soleil.

A bientôt!

*A*

Six months, fourteen days.

Bonjour bonjour,

Nous sommes lundi (cet article paraitra surement mardi) et la reprise est difficile. Mon cerveau se re connecte peu à peu à la réalité, et se débarrasse des dernières petites particules de week-end (et de guiness?). Et quel week-end! Oh la la mes aïeux… Je crois bien que jamais mes week-ends n’ont été aussi festifs. London tu auras ma peau.

Comme à chaque fois que l’inspiration me manque, je fais des bilans. Oui les filles aiment faire des bilans. Enfin des listes surtout, mais comme je ne sais pas suivre les to-do list, dans lesquelles je marque d’ailleurs, « suivre la to-do list », je préfère donc faire des bilans, c’est bien plus libre et rigolo. Vous avez donc eu droit à Two months ten days, puis à la Five months list . Eh bien, maintenant voici, six mois et quatorze jour.

Vive les bilans aléatoires.

Par ou commencer…

Mon job d’au pair. (tu peux sauter ce passage si tu es un barbu qui n’aime pas les gosses, ou si le concept d’au pair ne t’inspire pas…)

moustaaache

moustaaache

Bon déjà, je tiens à préciser que je me rends compte de la chance que j’ai d’être au pair dans une famille comme la « mienne ». Franchement ça ne pouvait pas coller mieux. J’y suis bien bien bien, et les enfants m’aiment beaucoup maintenant. Découvrir Londres ou d’autres villes en tant qu’au pair c’est vraiment l’idéal. Pas de prise de tête de loyer, et autre paperasses… Bref tu passes à côté de tous les trucs compliqués. Mais bon attention tout de même à ne pas se déconnecter de tout ce qui se passe.

Au pair, c’est un peu le job que tu tentes de cacher, quand tu rencontres des gens (des mecs) cools en soirée. Surtout quand John manager comunication event blabla te demande « what do you do for a living »…Tu essayes toujours de préciser que les couches pleines de poo poo,  ne font pas partie de tes ambitions… yeah yeah marketing international yeah.

Au pair c’est un peu aussi le job sans vie sociale. Je pense que quand tu es expat, le fait d’avoir des « collègues de bureau » ou autre t’aide à reconstruire ta petite bulle sociale. C’est assez difficile de se faire des amis quand tu ne rencontres que des mamans et des papas à la sortie de l’école, ou le matin en arrivant encore endormie, alors que tu n’a toujours pas enclenché le mode bilingue… heureusement, la solitude ne m’a jamais effrayé, même si là maintenant ça commence à bien faire! Bon je vais pas faire ma pauvre chose non plus hein, j’envisage pas encore la pendaison! Au bout de six mois j’ai quand même tissé des liens, et des bons!

Les autres au pair ne sont pas mes amis. (hahaah attention paragraphe de vilaine fille). Quand je suis arrivée ici, on m’a donné une liste de contact d’autres filles placées à Londres. Alors déjà, j’ai envoyé un mail « hello je sociabilise », j’ai dû avoir deux réponses… sur une dizaine de personnes. Ce qui n’est pas plus mal, on est pas là pour se retrouver entre françaises mal-polies. Au final les seules au pair cools que j’ai croisé sont celles que j’ai rencontré pendant mes cours d’anglais. Des espagnoles et une française.

Petits bémols : mon anglais ne progresse pas très vite car je suis dans une famille bilingue, et au bout de six mois, la monotonie commence à se faire sentir.

Les français

Alors oui, y’a trop de français à Londres. Mais quand on en rencontre on est toujours contents de partager deux trois anecdotes ou bon plans. Tacler les parigots, ou se moquer des basques ça fait toujours du bien, gnark gnark!

Puis bon des fois il y a des mauvaises surprises.

Ça fait plusieurs fois que je tombe sur des français qui se la pètent. Qui ne parlent que pour t’impressionner mais qui ne te posent aucune question, qui pensent être au dessus parce qu’ils sont à Londres et qu’ils ont un bon taff ou sont dans une bonne école. Bon certes, félicitations à eux, mais un peu de modestie n’a jamais étranglé personne.

Il y a aussi les français qui n’aiment pas les français. (On aura tout vu) Et des fois j’en fais partie (haha), mais je choisi ma victime, car on ne met pas tous les oeufs dans le même panier.

Donc plus le français aura l’air lourdeau, plus la française aura l’air stupide, moins je serai friendly au final. L’autre jour une française a agressé mes tympans et ceux de ma copine en braillant de sa voix aiguë « ah mais vous êtes française???? » Moi et mon air aimable :  » oui . » Elle : « ah oui c’est vrai les français à l’étranger n’aiment pas les français. » Je lui ai répondu : « euh, non, enfin ça dépend, c’est juste qu’on était en train de parler là… » ou truc du genre.

Mais voilà ce que j’aurais du lui répondre quand elle m’a demandé si nous étions françaises : « Espèce de grande couillonne (restons soft en ce lundi difficile/se prononce avec l’accent), non je parle français sans accent mais en fait je suis biélo-Russe, c’est dingue! , De plus, t’es au Koko, soit LA boîte constamment pleine de français (et les pires en plus), et oui, le français est tellement con qu’il déteste ses propres compatriotes, voilà t’es contente??? »

Tout ça pour dire que français, anglais, espagnol ou biélo-russe, on s’en fout tant que tu reste peace… Je ne comprends pas les français londoniens anti-français, certes je préférerais aussi n’être entourée que d’anglais et ne plus entendre « putain, ça me saoule » à tous les coins de rues, mais si vraiment ça me genait, je me serais exilée ailleurs qu’à Londres. Le froggy londonien qui râle contre ses compatriotes c’est une peu le gros froggy chiant de base non? Je parle de celui qui râle réellement, pas « pour de rire » quoi. Si on est à Londres pour être loin des français, alors on a rien compris.. nan? je m’étale là… passons donc au sujet suivant qui coule de source…

Etre française 

La France à beau être en perte de popularité, on a beau être connu comme ceux qui râlent tout le temps, qui se lavent jamais… Etre française en UK reste un concept cool.

Quand tu rencontres un anglais il ne peut pas s’empêcher de te sortir les trois mots qu’il a appris à l’école (ou ailleurs) : « J’adore parler fronçais/oh la la/ vulez vu cuché avec moua ce soi’/ miam miam, c’est bon/ l’amou’/poutain/ton friend elle est mague-nifique », Ce week-end j’ai eu droit à sacrebleu, prononcé « sacréblé », par deux personnes différentes. L’expression morte depuis deux siècles. C’est toujours marrant de partager du vocabulaire. En revanche, Samedi je me suis faite gentiment tackler une bonne partie de la soirée par un australien, c’était quand même très drôle. Tous ces clichés… tellement vrais…

Etre française c’est aussi +1000 points pour draguer les anglophones, surtout quand on s’appelle Amandine. Merci mamie quoi!(même si, telle une Jean-Claude Dusse, je grille à chaque fois les semblants d’ouverture qui s’offrent à moi). Bon il est vrai qu’il faut que je répète mon prénom plusieurs fois, et ça se  finit souvent en purée d’almonds… m’enfin. J’aime l’intérêt soudain des petits British quand tu réponds « …from France », l’amorce du débat…tout ça. Bien sûr ça peut tout à fait produire l’effet contraire, tout le monde n’est pas non plus frenchy-friendly.

L’anglais facile

Six mois, et donc parfaitement pas bilingue …

Mon niveau d’anglais (compréhension, et language) varie souvent suivant la situation…

Le matin au réveil : niveau zéro, anglais ou français, à 7h du mat, je vais pas te raconter ma vie.

Avec enfants de moins de 5 ans : parfaitement ‘fluent’.

Avec des espagnols : Bon niveau agrémenté de » puedes repetir la pregunta por favor, quiero el fucking sol ».

Avec les italiens : euh… l’eye-contact suffit. (krkrkrkrkr)

Avec des purs londoniens : niveau moyen, ‘can you repeat please?’ parfois.

Avec des irlandais : niveau moyen ++. Je comprend bien.

Avec des anglais + une pinte = bon niveau

Avec des anglais qui ont bu une pinte + une pinte pour moi = bon niveau ++

Deux pintes de chaque côté = parfaitement bilingue « yeah, my name is Amazone, i come from wine country yeah, silver cost represent »

3 pintes partout, and more… = je me fais passer pour une anglaise en imitant leur accent, ils n’y voient que du feu. Les français me prennent pour une anglaise. Je suis over bavarde.

Lundi matin, lendemain de St Patrick ( et de week-end Guiness and socialising) = bon niveau, une française a mis plus de temps que d’habitude à découvrir que j’étais française. Youhou!

La st patrick, passage au Toucan. Tiny pub in soho.

La st patrick, passage au Toucan. Tiny pub in soho.

Le manque

C’est peut-être étrange mais la France ne me manque pas,hors mis la famille, les amis bien sûre et encore, des fois je me sens horrible et anormale de ne pas être plus attachées aux gens. (Mes amis tolèreront, ma famille aussi).

Une seule chose me manque beaucoup en ce moment, c’est la chaleur. Le soleil qui brûle. Je ne pensais pas que ça me manquerait autant. J’en ai même rêvé il n’y a pas si longtemps. Le vent, le sable, le sel, la Biafine, la vie quoi! Et aussi chose étrange, je ne fais que me rêver des petites tapas basques là. Je tuerai pour un plateau jambon de bayonne/brebis/confiture de cerises/gros pain de campagne/et vin! Hannnnn!!

Quand t’as bien chaud là, qu’enfin le soleil descend un peu, tu es pieds nus dans l’herbe,…Rah lalaaaaaaa!!!!!!

Late news

Kate toujours en cloque.

Harry toujours aussi gland.

J’ai découvert jeudi soir sur twitter, que la vente  des places pour Edward Sharpes and the magnetics zéros à la Somerset House en juillet, ouvrait vendredi matin. Et j’ai pris ma place!! Qui, on ne sait par quelle opération du St esprit, fait £10 de plus que le prix annoncé. Rrrrr. Anyway, vivement Juillet!

Je n’ai pas fini « Pride and Prejudice » en anglais.

Je m’occupe de mon future.

Je suis une pro des tours en Kapla.

J’ai été voir des concerts.

Je n’ai toujours pas été voir l’expo Duchamp.

The Lumineers at O2 academy Brixton.

The Lumineers at O2 academy Brixton.

Point météo (pour la famille)

Euh.. giboulés en UK= grand n’importe quoi. Mercredi dernier : pluie-grêle-soleil-neige… sympatique, au moins c’était varié. Et la semaine dernière, tellement de vent qu’on aurait pu surfer les vague de l’étang en face de chez moi. Comme dirait Nabila Bila, All… Non je déconne.

Puis là ben il pleut et on se pèle quoi, mais il y’a des jonquilles partout.

Big Fish, Tim Burton.

Big Fish, Tim Burton.

En bref tout va pour le mieux au pays des beans on toast.

Bons baisers from London à vous là-bas,

*A*

Dear son of … Cupid…

Nous sommes lundi soir, jour (est il besoin de le préciser?) le plus nul de la semaine et il est 21h07. Je devrais en ce moment même être en train de réviser mon oral de demain, et en fait, comme à chaque fois que j’ai quelque chose d’important à faire, je choisis de faire autre chose de moins important, d’insignifiant et d’inutile pour ma vie future. Je procrastine et me voile la face, pendant que la pile de tâches s’accumule…ahhhh ça me rappelle ma vie d’étudiante tiens. Une pensée pour vous chers camarades. Au lieu de réviser donc, je préfère écrire un article (qui ne sortira que dans quelques jours) pour mon petit blog qui s’essouffle, pauvret. Normal, mon euphorie de nouvelle expat s’est apaisée, et en plus, je suis en période d’hibernation qui je vous l’avouerai n’a jamais duré aussi longtemps mille mois.

Je me demandais ce que je pourrais bien vous raconter, et puis le choix du sujet est tombé comme une évidence! -Non Amazone tu ne vas pas faire ça… Il s’agit bien sûr … -pfff non mais ce n’est absolument pas original… de cet heureux jour… -Non mais Amonzine, tous les blogs de filles vont traîter de ça! … utile et commercial de la ST fucking VALENTIN!

Cet article est pour les gens qui me connaissent :  ils disent que je râle beaucoup, mais aussi ceux qui me connaissent mieux : ils savent que je râle plus pour la forme que le fond, et qu’en fait j’ai un coeur de panda qui mâchouille du bambou toute la sainte journée. Et bien sûr cet article est pour ceux qui n’ont jamais entendu parlé de moi!

Bon tout le monde le sait, le dit, le pense ou les trois : « Non mais attends la St Valentin c’est trop une fête commerciale quoi. » Oui sauf que quand Monsieur ne fait pas de surprise à Madame (ou vice versa), Madame râle! « Oui c’est commercial mais t’aurais pu faire un effort, pfff tu comprends jamais rien! ». Ok oubliez le vice versa, seules les filles peuvent être aussi chiantes. D’ailleurs, ça doit être plutôt cool chez les gays…Perso en tant que râleuse célibataire, je trouve que oui cette fête est commerciale, et que si un jour dans ma vie future (que j’espère très proche car ça commence à bien faire #starvation) je suis à nouveau accompagnée,  je serais Pour la st Valentin à la maison devant Retour vers le futur ou Jurassic Park (ok Dirty dancing), sous la couette (tous nus).

Au final, cette fête qui sent le chamallow et la bougie horrible à la rose vient surtout te rappeler ta pauvre situation de « fille perdue cheveux gras » (ceci est une référence, je ne suis pas perdue et je n’ai pas les cheveux gras merci) ou gars perdu mal rasé, mais moi, ça me donne une occasion de plus de râler et de maudire tous ces couples heureux. Et oui, bien évidemment, quand je serai en couple, j’en aurai rien à faire de ces célibataires (qu’en tant qu’éternelle insatisfaite j’envierai) qui crieront à l’injustice.

Post-it pour Cupidon!

Espèce de gros mou du bulbe! Je te vois hein! Sur toutes les représentations de ta personne t’es en train de te pavaner avec ton arc, entouré de créatures qui se pâment devant tant de beauté. Alors je suis désolée de te l’apprendre, mais depuis, Ryan Gosling est arrivé, donc si tu veux faire remonter ta cote de pop., apprend à te servir de ton arc, au lieu de juste te balader avec! Sinon achète un lance pierre! Bon tu peux aussi créer un compte twitter, mais j’ai un doute quant à ton nombre de followers…

Ah, et puis, la prochaine fois que tu essayes de décocher une de tes flèches sournoises, essaye de viser nom de Zeus! Pas de geek, pas de poète torturé, pas de fille,… pas d’animaux! Par pitié, fais un effort. Trouve moi quelqu’un de passionnant. Un mec avec des poils, qui serait utile à mon bien être, un mec pragmatique mais pas trop, un scientifique, un astronome, un physicien, ou un sportif, un optimiste, un architecte, un artiste, un homme d’affaire, un musicien, bref, tout ce que je ne suis pas ou qu’un peu pour qu’enfin nous soyons!!!

bien à toi (ce n’est qu’une formule friendly de politesse t’emballe pas!)

*A*

Comme je disais la St Valoche, c’est l’occasion de remuer un peu le couteau dans la plaie. M’enfin la plaie… ça va… je ronge les coins de meubles mais je ne suis pas encore au fond du sceau! (am I?) Toujours est il que, plus t’essayes de ne pas penser que jeudi c’est le jour des coeurs roses et des déclarations (pourvu que le mec de la bibliothèque me demande en mariage!), plus le destin(soit les trois Parques, tantes de ce boloss de cupidon, à savoir trois vieilles harpies aussi vieilles que la Nuit qui font mumuse avec le fil de ta vie) place des signaux sur ton chemin.

Depuis la semaine dernière, je ne fais que tomber sur des choses de ce genre :

Tout les soir après l'école de grand mouflet,on lit des livres à la librairy du quartier. J'ai toujours une voie enjouée et volontaire quand je lis des histoire sauf quand je tombe sur des pages comme celle-ci... (vendredi dernier)

Tous les soirs après l’école de grand mouflet,on lit des livres à la librairy du quartier. J’ai toujours une voie enjouée et volontaire quand je lis des histoire sauf quand je tombe sur des pages comme celle-ci… (vendredi dernier)

Jusqu’à mon exam d’aujourd’hui, je prenais des cours d’anglais… Et j’ai pu constater que la prof a une vision très positive sur l’amour. Le seule exemple qu’elle a trouvé à mettre dans l’encadré de la page « révision du mixed conditional » se trouve ci-dessous …

Vive la vie.

Vive la vie.

Ce soir, librairy again,  j’ai eu droit à une princesse plus funky…

Prince, move your bum!

Bon je n’ai toujours pas réussi à attirer l’attention du « rangeur de livre » de la biblio, affaire à suivre…

Allez! Assez de chichi, la St Val ça va bien 5 minutes!

Qu’en est-il de mon expatriation au pays de l’hiver sans fin… ? Ma foi tout va pour le mieux, hors mis le fait que je ne fais que penser à l’été. Au soleil qui brûle, à la plage, la rivière, le canoë…la biafine, ah, quel bonheur. Sérieusement, c’est la première fois que je pense autant à l’été.. le temps d’adaptation sûrement, un temps d’adaptation qui doit prendre 10 ans environ…

Sinon ben je suis toujours au pair, et j’ai des occupations moisies de mère au foyer parfois, comme faire des machines à laver pour les gosses, et ne jamais retrouver le double de chaque chaussette.

Une seule machine, et Boum! 4 chaussettes de disparues!

Passionnant n’est ce pas? N’empêche, qui a décidé que, parce qu’on avait deux mains et deux pieds, il fallait les habiller pareil? Est ce que quand on a des jumeaux, on doit les habiller de la même façon?..Non! Alors pourquoi s’entêter à faire des pairs de chaussettes. Personnellement 50% de mes chaussettes n’ont pas leur double. SH*T Mais chaussettes aussi sont célibataires…Encore un signe! (ok je pars un peu loin)

Etant en hibernation j’ai ralenti la fréquence de mes visites. La dernière en date :  The treasure of the British Library. Moi qui aime les vieilles choses, j’ai été servie. On peut y voir des écrits, des brouillons, des chefs-d’oeuvre. Des retouches d’Oscar Wilde sur ses poèmes aux gribouillis des Beatles, en passant par un manuscrit de Jane Austen. Il y a aussi des recueils enluminés à la main (gloire à Adobe…ou pas), ainsi que des carnets de croquis de Da vinci, une lettre de Napoléon, des partitions… C’est absolument fou de voir tout ça. Quand on les étudie en Histoire ou Histoire de l’art, toutes ce choses sembles abstraites, lointaines, poussiéreuses, mais elles sont bien là, immortelles dans les vitrines de la British Library, et ailleurs.On pense alors (enfin, je sais pas vous…) à tout ce qu’on a pu perdre comme savoir avec la disparition de la bibliothèque d’Alexandrie par exemple, ou d’autres évenements du même type. C’est dingue l’Histoire quand même… je m’exstasie toute seule je sais. J’arrête.

Il est mardi, on est 23h40… Ou le contraire!

Je vous souhaite donc l’amour, le sexe et le bonheur,

Bisous

*A*

PS : Vendredi je vais à une Animal Party de malade, je vous invite donc à me rejoindre! (surtout si t’es une bombe sexuelle passionnée de… je ne sais pas, sois passionné c’est tout… de biologie marine par exemple!) N’oubliez pas, une partie de l’argent récolté est reversé cette fois-ci en faveur des Rhinocéros. On pense beaucoup au Pandas, aux océans etc…mais il ne faut pas oublier que des … (je ne trouve pas de qualificatif assez puissant) tuent encore ces pauvres bêtes pour leurs cornes. D’ailleurs parfois ils ne se donnent même pas la peine de les tuer.

*A*

Five months list.

Science Museum

Science Museum

Je m’appelle Mandi chez starbucks (chez qui je ne vais que lorsque je n’ai pas le choix), pendant qu’une asiat’ m’appelle Amazone, et les allemands  Amonzine.

J’ai évité à un homme endormi de finir au dépôt en lui tapotant sur la tête avant de descendre du bus. Il s’est levé pour demander au chauffeur où il se trouvait, pendant que dehors j’enjambais le vomi d’un mec qui était sorti juste devant moi.

J’ai vu un homme faire pipi dans une bouteille à Bank. (au moins c’est propre)

J’ai vu un mec promener son python, et une fille promener son oie.

J’ai chanté avec un sdf qui était en colère.

J’ai dit au revoir à une copine qui a quitté le pays, déjà.

J’ai gouté un italien.

J’ai goûté un anglais.

Je me suis retrouvée dans une soirée lesbienne, gay et trans-genre.

J’ai dansé des heures.

J’ai marché des kilomètres, sous la pluie, le vent, la neige mais aussi le soleil.

J’ai bu des bières et du cidre.

J’ai été russe, polonaise et espagnole.

J’ai attendu des heures: les bus, les gens, les enfants.

Je pensais qu’il n’y avait rien de plus ennuyeux que de surveiller un gosse dans un parc. Faux! Il y a aussi l’éveil musical pour les enfants de 2 ans, les cours de natation…

J’ai été à des concerts (et ça n’est pas fini).

J’ai été dans des musées.

J’ai pris des centaines de photos.

J’ai pleins de nouveaux numéros dans mon répertoire que je n’utiliserai jamais. (de toute façon même quand je les utilise on me répond pas alors…)

J’ai eu de la visite.

J’ai ri (pas assez) et pleuré (un peu).

J’ai été agacée par les français qui étaient agacés par les français…

Je suis maintenant agacée par les français.(pas tant que ça hein!)

J’ai détesté janvier.

Je ne suis plus gênée par la pluie.

J’ai froid.

J’ai des copines.

J’ai rencontré des gens fous et bizarres.

J’ai fait la guide et la touriste.

J’ai commencé « Pride and prejudice ».

Je ne suis pas bilingue.

J’adore la Worcestershire sauce on toast.

Je bois des litres de thé. Fidèle compagnon réconfortant, réchauffant le corps et l’âme. (on fait avec ce qu’on a, hein!)

Je m’émerveille.

Je suis une autre.

Je vis.

J’ai 5 mois.

I am a Londoner.

Clouds above London

Clouds above London

To be an au pair

Cela fait plusieurs fois que l’on me demande comment on peut faire pour être au pair.

En réponse à mimy_shell qui m’a laissé un commentaire sur  https://bonbaiserfromlondon.wordpress.com/a-propos/

voici deux ou trois infos non négligeables!

Hello!

Oui je suis passée par une agence qui s’appelle Oliver Twist.

  • Passer par une agence te permet de ne pas te retrouver à la rue si ça se passe mal avec la famille dans laquelle t’es placée. Si quelque chose ne va pas, tu peux leur en parler et il peuvent te trouver quelqu’un d’autre. Ils sont très efficaces! Il y en a beaucoup qui ne sont pas passé par une agence qui se retrouvent à la rue quand ça se passe mal, ou qui sont exploitées et ne disent rien. Les agences fixent un minimum pour une au pair qui est de 80£ par semaine. J’ai croisé des au pairs payée 50£ par semaine, et qui se palpaient les gosses à longueur de temps, plus les courses, le ménage et la bouffe pour toute la famille.
  • L’autre avantage de prendre une agence, c’est qu’ils te demandent de faire un petit dossier sur toi (lettre, références et photos). Les familles te choisissent donc en fonction de leur et de ta personnalité. Résultat, je suis dans une famille qui me correspond tout à fait, que ce soit au niveau de l’ouverture d’esprit, ou dans la façon d’appréhender les choses de la vie!
  • Il ne faut pas oublier qu’il y a aussi beaucoup de filles qui passent seulement par des sites internet et qui n’ont jamais eu de problème! les veinardes! Tu peux donc très bien te débrouiller toute seule. Si tu arrives à t’imposer et à dire non! Le plus important quand tu bosses dans une famille c’est d’être capable de parler de tout, d’être honnête et d’avoir des preuves de ce que tu fais avec les enfants. Et comme dans toute relation humaine, la communication est la clef!(non je ne fais pas parti d’une secte) Car certains (je dis bien certains hein! ne généralisons pas!) enfants sont menteurs et peuvent t’attirer des problèmes. C’est ce qui se passe en ce moment avec une copine espagnole! Prendre des photos avec eux, envoyer des mms sympas et rassurants au parents… En bref, toujours surveiller ses arrières! Ça fait un peu parano comme ça, mais je suis de nature honnête, et donc de nature à me faire bizuter par les malhonnêtes! haha! enfin j’étais! les menteur(se)s c’est moi qui la leur mets maintenant! (que c’est vulgaire!)
  • Bonne chance à toi Mimy! Et aux autres!