October was a lovely month

Lulu's paw

Stay comfy and give cuddles…

Bake sweet warming treats

Bake sweet warming treats…

...like a pie

…like a pie

Observe…

..the world

..the world

Play like a child

1380534_10201912367384723_1544984001_n

Make…

560087_10201912367024714_863709381_n

…new friends

Enjoy blessed moments...

Enjoy blessed moments, and give love.

Live in a new place...

Live in a new place…

Celebrate...

Celebrate…1390585_10201912496347947_2027332119_n

*A*

Si vous voulez voir ce que je vois, mange et fais… suivez moi sur instagram @_a_man_dine

bisous

Publicités

My perfect week

Yo!

Bon alors déjà j’vous le dis tout de suite, je suis frappée aujourd’hui par une flemme monumentale. Je me traîne une vieille Angine depuis le week-end dernier pour commencer. Et ma dernière semaine en tant qu’au pair n’est pas de tout repos, le marmot n’étant plus à l’école. Ce matin je me suis levée pour rien, donc je me suis dit, tient je vais peut-être enfin écrire ce petit compte rendu d’une semaine estivale qui sent bon le barbecue… Bref, il est 11h00 et je suis à la bourre dans mon planning fictif de blogger.

Alors… popopopo.

je me suis dit que vous raconter une semaine entière vous ennuierai à mort. Du coup je vais vous parler de mes 3 high-lights of the week.

Mardi soir

warhorse

J’ai eu la chance d’avoir des invitatons pour War Horse au New London Theatre (dure la vie de star). J’ai toujours été une habituée des salles de spectacle depuis le lycée vu que mes études se dirigeaient vers les arts de la scène, mais il est vrai que je n’avais pas encore eu l’occasion d’aller voir un show dans le West End de Londres.

Vous avez tous plus ou moins une idée de l’histoire de cette adaptation du livre de Michel Morpurgo. Cheval Guerre… Tristesse… je ne serai jamais allez voir ce show si je n’avais pas eu ces invitations. J’avais eu un petit aperçu de la scénographie avec l’expo au V&A, mais rien ne m’attirait vraiment comparé à d’autres spectacles du west end.

Eh bien chers lecteurs, je vous le recommande fortement. Je ne savais pas trop à quoi m’attendre, et j’ai été impressionnée par la scénographie et la performance en général. On ne voit pas le temps passer, et surtout, les chevaux sont joués par des immenses marionnettes à taille réelle. Elles sont actionnée par trois personnes à chaque fois, et les mouvement sont d’un réalisme tel qu’on oublie que ce ne sont que des pantins de bois. (c’est là tout le but d’un bon marionnettiste me direz-vous). C’est absolument magique. Allez-y. Les rouages de la scénographie m’ont tellement absorbés qu’il est vrai que je ne me suis pas trop attardée sur  le jeu des acteurs, qui était parfait bien-sûr. Je ne pense pas qu’on se retrouve à jouer dans une énorme machine comme War Horse si on est un comédien moyen.

A la fin du show, nous avons été invitées à boire un petit coup et surtout à être interviewées sur la scène de War Horse. Leur but étant de capturer l’émotion sur nos faces émerveillées (pour diffuser ensuite sur le site internet du spectacle) ils ont fait venir devant nous Joey, le cheval « star », actionné par les 3 marionettistes. Il était amusant de voir à quel point notre réaction était similaire à la présence d’un véritable animal. Je suis absolument certaine que les marionettes de ce genre pourrait avoir un effet thérapeutique. C’était extraordinaire comme interview émotion, là sur la scène… Une excellente façon de prolonger le spectacle qui il est vrai se termine un peu vite.

Interview : please take a sit

Interview : please take a sit

Joey

Joey

Plus d’émotions sur le blog de Liily !

Jeudi soir

Evénement un peu plus perso… l’anniversaire surprise d’un copine espagnole qui repart au pays. 😦  Je voulais partager car j’ai trouvé que cette soirée représentais bien la Londres estivale qu’on aime.

J’étais sur un balcon parfait, sur Highbury Hill,  entourée de gens adorables venus de partout. Friends, Music, Food and Beer. La combinaison parfaite non?

Vendredi soir

la soirée ultime.. Je suis enfin allée voir Edward Sharpe and the magnetic zeros en concert à la Somerset House. C’était absolument génial. Je suis fan de leur musique, mais au delà de ça, le live était super, on sent qu’ils ont l’habitude, et le contacte avec nous public, était parfait…

La découverte de la soirée; le groupe d’ouverture : He is my brother, she is my sister. D’habitude le groupe d’ouverture tu sais ce que j’en fais hein… Tout le monde s’en fout, personne écoute, tout le monde en profite pour aller faire pipi, prendre des bières, twitter l’ambiance, instagramer sa face… Eh bien il se trouve que cette fois, le groupe de première partie était super chouette. Je voulais vous dire qu’ils passaient en concert hier soir dans l’est de Londres, mais j’ai zappé. Je sers à rien? oui je sais.

He is my brother, she is my sister.

He is my brother, she is my sister.

He is my brother, she is my sister.

La percussioniste en plus d’être très jolie, fait aussi des claquettes pendant qu’elle tape sur ses grosses caisses… elle était géniale.

He is my brother, she is my sister.

Et venu ensuite Le groupe tant attendu. 12 musiciens sur scène et presque le double d’instruments. Des gens qui chantent tous ensemble ou qui un par un, interprète une chanson… Ce groupe respire vraiment la joie de vivre en communauté hippie. je suis sûre qu’avec eux pendant la tournée ils ont des chèvres qui les suivent.Tout a commencé avec les trois plus belles chansons du dernier album, pas celui qui est sortie cette semaine, mais l’autre! pleins d’infos ici. Le concert s’est achevé avec une des plus belles chansons d’amour que je connaisse : Home.

Alex Ebert, leader du groupe et oui... on dirait un gourou. Moi j'veux bien être enrôlée direct dans leur secte...

Alex Ebert, leader du groupe et oui… on dirait un gourou. Moi j’veux bien être enrôlée direct dans leur secte…

Je me retiens tellement de pas faire de commentaire de groupie...

Je me retiens tellement de pas faire de commentaire de groupie…

DSC08663

Edward Sharpe and the magnetic zeros

DSC08684

Pour une fois j’étais tout devant… enfin presque…

DSC08690

Ce mec a une voix géniale de blues man... là il prenait sa pause en buvant une bière...

Ce mec a une voix géniale de blues man… là il prenait sa pause en buvant une bière…

DSC08701

Bon je vais maintenant essayer d’être objective… certes j’aime leur musique, mais je dois dire que le concert est un des meilleurs que j’ai vu. Ils ont un réel contact avec le public, ils ont d’ailleurs fait parler des gens du public qui avaient une « hisoire à raconter » au micro pour la chanson Home. Une tradition apparemment car un couple avait prévu un panneau « we have a story »… bref malgré le fait que la cour de la Somerset House ait été blindée, on se sentait proche et impliqués. Un véritable échange blablabla vive la vie vive l’amour et vive la musique.

Pendant le concert je me suis retrouvée entourée d’Américaines, j’en ai donc profité pour demander si ce groupe était célèbre au US…une fille m’a répondu que non, pas vraiment. Pourtant ils parcourent le monde et font salle comble à chaque fois. Je suis tellement déçue de ne pas pouvoir partager mon enthousiasme à propos d’Edward Sharpe, personne ne connaît autour de moi… Et je serai tellement contente de lire l’un d’entre vous dans les commentaires me dire qu’il découvre ce groupe et l’adore, ou en apprécie la musique. J’aurai l’impression d’avoir fait une bonne action!  Edward Sharpe and the magnetic zeros c’est pas de la musique commerciale, c’est pas l’électro pointu qu’on écoute tous, c’est pas une musique super arrangée… je pense juste que c’est une musique qui rassemble.

Le dernier album est sorti cette semaine de juillet 2013. Mon anniversaire c’est dans 13 jours… je dis ça je dis rien… #justsayin

Bon sinon ma semaine ainsi que mon année d’au pair se termine demain. Et c’est pas du luxe! Cette année pas de vacance d’été, j’enchaîne directe avec un stage que je commence lundi. Il me tarde tellement, et en même temps j’ai les chocottes…

Londres, je ne suis pas encore partie! ahah.

Et vous, l’été à Londres? Vous aussi vous êtes in love.

*A*

Bastille Day

Ça te dit un compte rendu du week-end? Non? Ben tu vas l’avoir quand même tiens! Enfin presque, puisque j’viens te parler d’hier, 14  juillet, fête nationale française.

Vous faites quoi vous pour la fête nationale? Fut un temps ou on s’amusait à décapiter les gens, mais moi perso j’ai jamais rien fait d’autre que mater les feux d’artifice au bord de la rivière. Sauf que cette année je suis allée au Bastille Festival à London, qui se déroulait justement dans mon bon quartier de Southwark.

A midi : Quoi de mieux pour prendre son petit dej’/lunch du dimanche que d’aller faire un tour à Borough market (moi je sais)? La culture française était à la fête, donc inutile de te dire que si t’es en plein régime bikini « jveux être bonne sur la plage » passe tout de suite ton chemin. Gras, tartiflette, fromage, saucisse de frankfurt, saucisson, que des plats légers et estivaux en somme… Evidemment, vous pouvez trouver tout ceci au Borough market même quand ça n’est pas le 14 juillet hein. Par contre si tu cherches des truc frais genre tomate du jardin+basilic+mozza, ou salade niçoise.. eh ben c’est dead.

Sans titre-1

Borough Market   (oui aucun rapport entre le Prosecco et la devise française… m’enfin)

coucou petit vendeur de saucissons…

Un mec perché tentant de mettre l'ambiance toute la journée autour du marché...

Un mec perché tentant de mettre l’ambiance toute la journée autour du marché…

14h00 heure de se rendre à la Hays Galleria pour jouer à la pétanque. Eh oui, c’est à côté de London Bridge, au milieu des bureaux que tu peux trouver le seul terrain de pétanque permanent et couvert à Londres. Les propriétaires du terrains sont une chaine de bar à vin  the Ball’s Brothers. On peut donc louer le terrain gratuitement pour aller lancer deux trois boules entre deux pintes de bière.
Hier pour le 14 Juillet, Transferwise y organisait un tournoi de pétanque. Nous bien sûr, étant des joueurs semi professionnels (-_-) on a pris nos tickets. SAUF QUE OUI MAIS VOILA… la gentille demoiselle qui rayait les noms sur les listes nous a dit que non « on était pas sur la liste du tournoi, qu’il fallait envoyer un mail blablablalablablabalb… » . Bref gros boulets, nos tickets nous ont servi simplement à boire des pintes et du vin gratos. Et à jouer à la pétanque pour la gloire (et pas pour gagner les tickets pour le Chard) jusqu’à 16h00, heure du début du tournoi. J’ai quand même constaté qu’on été pas les seuls boulets à s’être mal débrouillé dans la réservation des tickets. ANYWAY… c’était plutôt cool quand même.

Les hommes experts en boules...

Les hommes.. experts en boules.

Les hommes.. experts en boules.

Bon une fois que le môsieur de la madame eu finit de se remplir la panse avec tous les amuse-bouches sponso transferwise, nous sommes repartis mollement vers le Borough market. Au programme, le bal evidemment, encore de la nourriture… et un mini atelier pour se faire une jolie cocarde.

Sur le chemin

Sur le chemin

Alors pour faire une jolie cocarde il vous faut :

Du papier crépon, des épingle, des ronds de carton... Et pas de savoir faire. Quoique.

Du papier crépon, des épingle, des ronds de carton… Et pas de savoir faire. Quoique.

SAMSUNG

Tu coupes des bandes de papier… essaye de t’appliquer un peu (quand t’as bu de la bière c’est assez difficile). Ensuite tu colles la grosse bande de couleur avec la bande blanche. Et ensuite sans attendre que ça sèche (parce que de toute façon on s’en bas les reins, et qu’on veut aller au bal) tu plies en accordéon.

Bon tout le monde faisait une cocarde rouge, du coup nous, en tant qu’artistes rebelles de la life, on a fait une cocarde bleu, parce que c’est de toute façon plus logique. Bleu blanc rouge, et pas rouge blanc bleu nom de dieu!

Ensuite tu galère bien à tout mettre en rond et à coller un cercle sur le dessus. Dessous bien sûr tu mets un rond de carton avec une épingle à nourrice, puis après tu te débrouilles à la mettre sur ta face, ton t-shirt tes cheveux…

18H00 Le bal

Ça a commencé doucement. D’abord des chanteurs et chanteuses… et un public mou du bulbe assis ou en train de regarder. Et puis ensuite il y a eu un orchestre qui a joué des grand classiques de jazz manouche et musique de bal, puis un « DJ » qui a passé des vieilles chansons françaises comme « Le ptit vin blanc » ou encore celle ci que j’adore de Françoise Hardy : Le temps de l’amour qui fait d’ailleurs partie de la BO du film Moonrise Kingdom de Wes Anderson.

Les gens ont ensuite commencé à se réveiller, et à swinguer. Esprit très vintage, bal de campagne français, très romantique et bon enfant. Bref une soirée regroupant les plus chouettes clichés français.

Swing Baby

Swing Baby

oui c’est flou mais on s’en fiche pas vrai? au moins on comprend l’ambiance…

Lé bal fronçais sacrébléhh!!!

Quant à moi, avant d’aller prendre mon bus, j’ai offert ma cocarde à un bel argentin qui faisait son tour d’Europe.

Lucas

Lucas

Bref, un journée très chargée et joyeuse pour ce 14 juillet. Encore un week end parfait… je sais pas si j’vais pas rester là pour toujours moi…

Bonne semaine!

xx

*A*

Little may flower

Hello! C’est l’heure de l’adorable dessin de Thi-Maï!

La petite histoire : Quand je rentre de mes folles soirées dans l’est ou ailleurs, je vois le soleil se lever. Ici il se lève très tôt, ainsi, le temps de rentrer avec les mille bus que je dois prendre (non en fait j’attends toujours mille an ce putain de bus 21/N21), il est parfois 4h passé, et il fait donc grand jour quand j’arrive à la maison. Je peux donc traverser le park et c’est alors que je m’émerveille plus que d’habitude sur toutes ces petites bêtes, et cette nature qui s’éveillent. Le squirrel prend son petit dej, le renard (quand j’ai la chance de le croiser) rentre chez lui. Et moi j’suis complètement à l’ouest… Ben ouais la fatigue quoi.

Hic

Retrouvez les illustration de Little Mayflower sur son blog!

Bonne journée à tous!

*A*

Follow me!  or go on my facebook page!