Pick Me Up Festival.

Pick me up Fest 2014 Si je n’avais pas perdu des centaines de photos de ma première année à Londres, j’aurais partagé avec vous des photos du Pick Me Up festival 2013. Mais que ce soit numériquement ou physiquement, je suis très désorganisée et bordélique. Tout ça pour dire que ce week end et ce depuis jeudi a lieu le Pick Me Up Festival, un festival autour du Graphic design et de l’illustration contemporaine. Au programme(Pour l’année dernière du moins) : des expos d’artistes venus de partout, et des workshops plutôt cool notamment avec  Print Club London où on pouvait s’essayer à la sérigraphie. Il y avait des trucs rigolos comme atelier faux tatoo, ou de nailart arty. Pendant le festival On peut aussi voir des artistes à l’oeuvre, participer à des ateliers, ou des oeuvres collectives. Assister à des mini conférences telles que « comment faire un bon portfolio » et assister à des events tel que le concert l’année dernière des Heavy Pencil! Géniaux. Je suis encore plus dégoutée de la perte de ces photos. J’avais pris le pass à la semaine aussi donc j’ai bien pu en profiter, mais vous pouvez bien sûre prendre un ticket à la journée. Le Pick Me Up Festival se veut un festival de design graphic, mais c’est beaucoup plus axé sur l’illustration contemporaine, celle qui se recoupe beaucoup avec le street art. Atmosphere East London, Lemonade Bio et UAL Student. Cette année le programme (qui à l’air foufoufoufou) se trouve . Vous avez jusqu’au 5Mai pour en profiter! Tous les jours à la Somerset House entre 10h et 18h.  Enjoy! *A*

PS: Il y aussi pas mal de truc pour les mioches. « Regarde le joli coloriaaaage! » Pendant que vous, tranquilles, vous sirotez une Camden Hells en regardant des barbus peindre des murs.

Publicités

Happy Birthday to My blog

Un balcon à Highbury Hill, vue sur le stade d'Arsenal.

Un balcon à Highbury Hill, vue sur le stade d’Arsenal.

Un an que j’ai ouvert ce blog WordPress.

Il y un an au lieu de réviser les exams je rêvais de ma future vie de Londonienne. Dés que j’ai su que j’avais trouvé une famille pour mon job d’au pair, j’ai ouvert ce blog, vautrée sur mon lit au milieu de mes planches d’analyse et de recherches de future diplômée en com visuelle. Aujourd’hui encore je suis vautrée sur mon lit mais de l’autre côté de la Manche, et cette fois-ci c’est pour souffler des bougies virtuelles avec vous. Merci de me lire et de m’envoyer des commentaires sympas. N’hésitez pas à envoyer des critiques aussi, tant que ça reste intelligent et constructif ça ne me dérange pas.

Il y a un an je ne savais pas ce qu’allait devenir ce blog. J’étais même sûre que je n’allais pas m’y tenir, étant une grande procrastinatrice… je ne savais pas ce que j’allais vous écrire. Il me tardait tellement d’être à Londres et de tout découvrir (j’ai quand même ouvert ce blog plus d’un mois avant mon départ hein…). Le 20 juillet je me suis donc contentée d’écrire la « présentation » que j’ai mis à jour aujourd’hui. Clique donc.

Who AM I

Le jour où j’ai publié mes tous premiers mots de blogger j’ai pu voir quelque part sur une des nombreuses pages d’expat une phrase emplie de modestie (une fois de plus hein): « le problème quand t’as un blog qui marche, c’est que les gens te copient »… Coïncidence? Je ne pense pas. Le problème c’est qu’il n’y a absolument rien d’original à être un français expatrié à Londres, et encore moins à faire un blog sur le sujet. Alors c’est normal de retrouver quelques similitudes par ci par là. Alors tu te calmes.

Pour la première année de Bon Baiser from London , je vous propose donc de lire ce que les gens recherchent sur Google pour tomber par le plus grand des hasards sur mon innocent blog. Tu me diras si j’utilisais pas les mot « sexy » « pouf » « pornfood » ou « pornart »…

En tout première place depuis décembre la recherche : Dessin de Hipster. Voici l’article!

Et une mention spécial au type chelou qui m’écrit des messages cachés dans mes rankings :

 » je suis allé à la Brasserie Zédel aussi, et si tu veux parler français et aussi discuter des endroits que je peux te conseiller pour te balader ou manger de la bonne cuisine française, dis-moi » 

« voudrais t’impressionner sur d’autres points, sur des choses où tu ne t’y attends pas »

Non ça ne fait pas du tout flipper.

Sinon ben…jugez plutôt. (en gras les critères de recherche des gens, entre ( ) mes aimables commentaires)

– cochon land (la dordogne sans hésiter)

-pornart video gratuit 

-comment faire sculpture arbre carton (qu’est ce que j’en sais…)

-flying dick 

-avoir une vie sociale en étant au pair a londres (bon courage)

-fringue hipster ( -_-)

-« gilbert & george » franc maçon (interessant…)

-les biens fait du guiness ( gueule de bois et sur-poids ça te va?)

-hipster font/tee shirt dessin hipster/loup illustration hipster/dessin tete de cerf pour t-shirt/animaux vintage dessins/bonne année hipster/ fond d’écran hd hipster/ t shirt renard hipster/croix hipster/tatouage renard hipster/bijoux inspiration hipster/cache pot hipster 

(Le simple fait de taper des recherches avec le mot hipster montre bien que tu n’es pas un hipster mais que tu suis une mode, et que tu n’as aucune personalité. Big up au Hipsters, par contre tous les blaireaux qui font tout pour en avoir l’air, moi ça m’agace.)

-scéno tarée 

-pas mon string (pas le mien non plus… ??)

-street tips avec bar sexe (ouh le cochon)

-surprise mai ok baise trans family (pô compris.. un peu sale tout ça)

-faux quai de poudlard 

-itineraire bricklane street art (Big up à Alternative London! ) <— clique!

-terence prout scenographie (je ne connais pas ce monsieur Prout)

-girl frinds lesbiennes guines (toi tu viens du nord non? #GOUINE)

-parc pour faire barbecue londres Burgess park!)

-phrase marrante poulet roti (…)

-je deteste le au pair (Moi je déteste le foie de veau)

-que voit un liévre de william turner pluie vapeur et vitesse/ou voit on un homme sur l’oeuvre de william turner (pluie vapeur vitesse) etc… (ainsi que pleins d’autres artistes cités dans plusieurs articles…ravie de vous aider dans vos recherches d’histoire de l’art… ou pas. —>article vedette

-elle se masturbe dans le bus (Mais à quel moment exactement tu es tombé sur mon blog mec???)

-family kid nuiste 

-salope mini jupe et bas (y’en à beaucoup ici… mais pas forcément des salopes)

-que peut on y trouver museer (la beauté qu’il n’y a pas dans ton orthographe)

-je suis hipster quand (quand tu aimes et que tu as une certaine culture sur l’art et les vieux machins, quand t’es pour les « slow » mouvements, quand tu aimes la nature, la philosophie, quand tu aimes marcher pieds nus et écouter de l’indie, quand tu aimes le cuir et le flanelle, les petits pois et les carreaux,.. mais certainement pas quand tu te demandes si oui ou non tu es un hipster…)

-au pays basque il vaut mieux etre brebis que cochon (ça veut dire quoi cette expression?)

-pourquoi les anglais n’aiment pas qu’on les appelle rosbeef (question con…)

-histoire du prince gnangnan 

-guiness jaime pas (et alors putain???)

-tomber en bas du lit (ça fait mal?)

-pic woman cuissarde man funck (no comment)

-pot de peinture toilette (Leroy Merlin pam pam pam pam)

-ados mate sa voisine cher elle devant la piscine erotic (toi t’es scénariste un peu nan?)

-texte rigolo sur le jambon de bayonne (le cochon dans le maïs?)

-video lesbienne sous la pluie (tatuu, vive les années 90)

-pourquoi mon rosbeef est dur (tu l’as trop fait cuire!)

-pornart man photography (larry clark?)

-pot de peinture qui bouge (stop aux ravages de la drogue)

-friends sex longs tétons remplis de lait (absolument ignoble)

-disneyland paris étudiante asiatique dans le bus se fait baiser (gros pervers dégueulasse)

-français facile de draguer brisbane (un beauf fait le tour d’Australie) (oui être Français ça aide)

-ryan gosling nu toilette (Ryan nu ok, mais en train de couler son bronze non merci!)

-vieilles bonne à baiser 

-family sex poilu (cousin machin?)

-chose a faire volontaire panda (c’est bien mon petit) 

-baise animaux family (consanguin? Christine boutin?)

– blog je te deteste (la recherche de ce samedi 20 juillet)

-baise meuf bronzée partout sauf des fesses (dimanche 21 juillet)

Je vous laisse méditer sur l’humanité, Ne ratez  pas le prochain article : My perfect week.

Merci encore de me lire,

Passez un bon été.

*Amandine*

Suivez moi sur twitter! 

Et facebook!

Little may flower

Hello! C’est l’heure de l’adorable dessin de Thi-Maï!

La petite histoire : Quand je rentre de mes folles soirées dans l’est ou ailleurs, je vois le soleil se lever. Ici il se lève très tôt, ainsi, le temps de rentrer avec les mille bus que je dois prendre (non en fait j’attends toujours mille an ce putain de bus 21/N21), il est parfois 4h passé, et il fait donc grand jour quand j’arrive à la maison. Je peux donc traverser le park et c’est alors que je m’émerveille plus que d’habitude sur toutes ces petites bêtes, et cette nature qui s’éveillent. Le squirrel prend son petit dej, le renard (quand j’ai la chance de le croiser) rentre chez lui. Et moi j’suis complètement à l’ouest… Ben ouais la fatigue quoi.

Hic

Retrouvez les illustration de Little Mayflower sur son blog!

Bonne journée à tous!

*A*

Follow me!  or go on my facebook page!

Tip

Si comme moi tu aimes bien bouquiner, et soigner ta hangover en trainant autour de Bricklane le dimanche, ouvre l’oeil! Quelque part sur le Spitafield market, il y a un bouquiniste qui vend des livres plus que soldés. Le choix s’étend des grands classiques de Bukowski ou Fitzgerald jusqu’à des oeuvres plus récentes.

J'ai pris ce livre par curiosité pour le travail de James franco qui n'est pas qu'une bombe sexuelle, mais aussi parce que j'ai trouvé le premier paragraphe très facile à lire en (anglais évidemment).

J’ai pris ce livre par curiosité pour le travail de James franco qui n’est pas qu’une bombe sexuelle nan nan, mais aussi parce que j’ai trouvé le premier paragraphe très facile à lire en (anglais évidemment).

L’expo de James franco intitulée Psycho Nacirema est d’ailleurs visible à la Pace Gallery jusqu’au 27 juillet.

Voilà voilà…

Bisous sur ta fesse,

*A*

Mensch

Elles sont françaises, viennent de Lyon et leur musique est pretty awesome.  Solène Lanza et moi même avons eu la chance de rencontrer le groupe Mensch quelques heures avant qu’elles ne se produisent à la Paris is Burning du mois de Juin. Voici donc un extrait de l’interview en français, que vous pouvez retrouver in english dans l’article génial de London keeps rocking. Quant à moi, ben je me suis chargé des images…

C'est à Broadway market que nous les avons retrouvé

C’est à Broadway market que nous les avons retrouvé

… « Et comment vous vous sentez pour votre première fois à Londres ?

K. Devant un public anglais, c’est la première fois pour Mensch, c’est la pression parce que c’est quand même mythique et symbolique, c’est l’Angleterre. A New York aussi, on était hyper stressé, à Paris aussi. Y’a une pression aussi pour des premières parties quand on a joué avec Kim Gordon, on n’emmenait pas large.

Et de vous produire pendant une Paris Is Burning ?

K : Ce concept est une très, très bonne initiative. Surtout à Londres, dans l’imaginaire de la musique, de tout ce que j’ai écouté, c’est le must.

V : En France aussi, il y a des soirées rock Belge, … et on a tendance à avoir vachement de complexe en tant que groupes français de rock. Alors que la scène musicale française actuelle est vachement riche et s’exporte bien comme jamais et elle est complètement décomplexée. Faire ce dont t’as envie de faire sans regarder ailleurs.

mensch5

LKR On a vu d’autres groupes ici comme Lescop ou La Femme, et vous avez pas mal de point commun avec eux comme le revival des années 80 dans le son…
V : Oui, ou Granville. La femme a bien ce petit côté décomplexé.

K : La différence c’est qu’on les a vécu les années 80…

mensch

Pourquoi avoir choisi ce nom de Mensch ?

Mensch, c’est de l’allemand, ça veut dire humain, c’est Val qui l’a proposé. On ne voulait pas d’un nom anglais et on voulait un terme mystérieux et différent vu qu’on est deux filles ce qui est peu commun.  »

Très bon Lundi à tous!

*A* et surtout Solène L.

Hello! Hello! (oxford/avirons/street art)

Quelle titre plein d’enthousiasme.

Aujourd’hui c’est le grand retour de la poète qui m’habite. Nan, pas du tout, c’est juste que j’ai enfin décidé de me sortir les doigts… Ça c’est de la poésie!

Les températures se radoucissent enfin sur l’english capitale, le printemps fait lentement son arrivée, lentement, trop lentement… J’ai mis la moumoute polaire de 30 kilos de côté mais pas au placard, parce que des fois, tu t’y attends pas et booom averse de neige. Donc bon… soyons prudents. Bref j’ai ressorti le trench et rien que ça.. ça fait du bien… So!, je vous cache pas que le blog est un peu à l’abandon. Mes posts s’espacent et je suis de moins en moins motivée pour vous raconter Londres, du coup dans quelques temps le blog subira surement un petit lifting, ou un changement de cap, un nettoyage de printemps, un ravalement de façade, appelez ça comme vous voulez. J’attends juste de trouver l’idée du siècle, ou du moins de piocher la bonne dans les mille idées du siècle (genre) qui gravitent dans ma cervelle.

Dernièrement j’ai fait pas mal de petites visites by myself.

Il y a quelques temps j’ai eu envie  de sortir de la ville. Quelques tips attrapés de ci de là, et hop mes fesses se retrouvèrent dans un bus direction Oxford.

Alors pour ceux qui ont pas de trop tunes, ni de voiture : Le bus X 90 pars de la gare Victoria plusieurs fois par jour, toutes les heures maybe, bref vous pouvez checker sur gougle. J’ai acheté directement mon billet dans le bus. Le chauffeur bien aimable m’a demandé si je bénéficiais du tarif étudiant (non) ou young people (surement) du coup j’ai payé £13 l’aller retour. Cool!

oxford est une ville magnifique, même sous les gros nuages gris, surtout sous les gros nuages gris en fin de compte...

Oxford est une ville magnifique, même sous les gros nuages gris, surtout sous les gros nuages gris en fin de compte…

Il se trouve que je suis arrivée lors de la célébration des 100 ans de BMW. J’ai mis quelques photos des voitures de  ma collec’ que je leur ai prêté pour l’occasion.

La visite à se payer absolument, c’est celle de la Bodleian Librairy, ou Bibliothèque Bodleiènne pour les non-bilingues. J’ai pas regretté c’était magnifique.

Le seul endroit où les photos sont autorisées, le rez-de chaussée de la bibliothèque. Cet endroit est très important dans la vie d'un étudiant d'Oxford. Il y est accueilli lorsqu'il rentre à l'université (ce qui n'est pas une mince affaire) et il y passe ensuite lorsqu'il reçoit sont diplôme.

Le seul endroit où les photos sont autorisées, le rez-de chaussée de la bibliothèque. Cet endroit est très important dans la vie d’un étudiant d’Oxford University. Il y est accueilli lorsqu’il rentre à l’université (ce qui n’est pas une mince affaire) et il y passe ensuite lorsqu’il reçoit sont diplôme. Oxford est une université gratuite, mais vous l’aurez deviné, la sélection d’entrée y est drastique.

Je n’ai pas beaucoup de photos valables de la Bodleian hélas, car il y avait pas mal de gens ce jour là, donc sur chaque photo il y a une face de chinois en gros plan… Mais bon, le plafond est plutôt pas mal non?

The Hertford Bridge, or The bridge of Sighs, soit le pont des soupirs, en référence au pont des soupirs de Venise.

The Hertford Bridge, or The bridge of Sighs, soit le pont des soupirs, en référence à celui de Venise.

Bref je me suis promené dans la ville, profitant d’un ciel clément, comprendre : malgré les gros nuages dégueulasses je n’ai pas eu à subir la pluie. Je me suis pris une carte de la ville, et j’ai tenté de suivre un itinéraire, mais en fait même pour ce genre de chose je suis brouillon. J’allais ou bon me semblait, en faisant des boucles et des détours. J’ai enjoyé myself quoi.

Je vais vous épargner toutes les photos et trucs historiques que j’affectionne. Le mieux si vous êtes à Londres ou en UK, c’est tout de même d’y aller. Je n’y suis restée qu’une journée, il y a donc surement pleins de choses à faire à Oxford que je n’ai pas pu faire.La prochaine fois je visite Cambridge évidemment… quoique.

Boat Race

Le 31 mars, j’ai pu assister à la boat race annuelle entre Oxford et Cambridge. Oxford a gagné cette fois, les bleus foncés youhou!!!

Plus je vais à des évènement plus je me dis qu’en fait, les anglais cherchent juste des prétextes pour se remplir de bière. L’ambiance n’était pas phénoménale, (tu me diras c’est que deux outriggers qui passent en deux secondes) par contre tous les pubs le long de la tamise étaient bourrés (comme les gens) à craquer, et ne parlons pas des toilettes de chaque pub, en plus de ceux installés dehors pour l’occasion. Ben oui la bière avant de te laisser un bide flasque, ça te fait pisser!

Vive les pubs

Vive les pubs / Il faisait un temps merveilleux en cette journée de printemps 2013.

Une vague de cris arrive petit à petit jusqu'à nous... et les bateaux passent en deux secondes (et oui, ça fait trois quart d'heure qu'on se pèle le luc entre un groupe de chinois (les mêmes!) et des répliques anglaises de Véro et Davina).

Une vague de cris arrive petit à petit jusqu’à nous… et les bateaux passent en deux secondes (et oui, ça fait trois quart d’heure qu’on se pèle le luc entre un groupe de chinois (les mêmes!) et des répliques anglaises de Véro et Davina).

les caméras, tout le bazar et son train...

Les caméras, les sponsors, tout le bazar et son train…

Pipi pipi pipi pipi pipi pipi pipi pipi pipi

Pipi pipi pipi pipi pipi pipi pipi pipi pipi

Street Art

La semaine dernière, sous les bons conseils de cette fille , je suis allée faire un Alternative Walking Tour. Le départ se fait de old spitafield market, et la visite nous mène jusqu’à Brick Lane, Shoreditch et aux alentours dans l’East end. Cette promenade passe en revue le steet art très présent dans cette zone, l’histoire du quartier également, ou comment l’argent et les investisseurs font disparaître l’histoire et l’aspect typique d’une ville, pour en faire une ville dynamique, compétitive et mondiale. A la fin de ce walking-tour, vous pouvez donner ce que vous voulez, c’est ainsi à la portée du budget de chacun. C’est tellement chouette que tu ne peux pas partir sans rien donner.

Pendant le walking tour vous aurez peut-être la chance (tout dépend des oeuvres présentes sur le moment) de croiser des travaux d’artistes comme : Stik, Roa, C215 (roi du pochoir), Anthony Lister, Cranio, (les vieux :Banksy et Invader) et j’en oublie. Je ne mettrai pas de photos car ce sont vraiment des oeuvres à découvrir en se promenant, seul ou pendant le Walking Tour, des oeuvres cachées par ci par là, puis qui disparaissent pour laisser place à d’autres.

East of London. C'est par ici que vive Gilbert & George...

East of London. C’est par ici que vive Gilbert & George

Non, le Street Art ça n’est pas du Graffiti.

Stencil master piece. Pochoir, et pas crayon comme j'ai pu le lire je ne sais où...

Stencil master piece. 
Pochoir, et pas crayon comme j’ai pu le lire je ne sais où… (seulement la signature)

Le street art est bien plus constructif et communicatif. Les tags sont fait pour détériorer, laisser un empreinte et font tout sauf embellir un endroit déjà pauvre, sale ou abandonné. Il y a un gouffre entre les deux. Promenez vous dans la rue, ce que vous verrez d’abord ce sont les graffitis. Ils sont là, sur les murs les plus visibles et tu te les prends dans la face. Le tagueur est là pour laisser son empreinte et parler de lui, de son crew, de sa connerie, et des fois ça peut donner,certes, quelque chose d’esthétique.

Le Street art se mérite, se cherche. Il est souvent caché dans les recoins inattendus. Des fois vous pourrez voir des petites sculptures minuscules, assises sur des corniches, ou des peintures immenses à côté de laquelle vous passez sans vous en rendre compte d’habitude. Bref, ne regardez plus vos pieds, levez le nez, élevez votre esprit. Vive le street art!

La petite anecdote.

Je me suis donc rendu à cet Alternative Walking Tour, on était environ une vingtaine. Il se trouve que dans ce groupe il y avait la famille du guide : Mère, tante, grand-mère, petits cousins. Lorsque la tante et la mère on découvert que j’étais française (oui j’ai encore fait une mimique quand le guide parlait de l’importance des frenchies dans l’histoire du quartier) elles sont directement venues me parler. D’abord la mère qui m’a demandé ce que je faisais là toute seule. J’te cache pas lecteur qu’elle aurait essayé de me caser avec son guide de fils que ça ne m’aurait pas dérangé. Est venue ensuite la tante, qui surveillait ses gamins qui étaient collés au guide, leur cousin donc. Et là elle me raconte que c’est son neveu blabla bla, qu’il est aussi artiste… Une de ses oeuvres se trouve d’ailleurs dans le Walking tour. Elle a clairement fait de la pub pour son neveu et elle a bien fait. Il se trouve que mon guide ce jour là, c’était Ben Slow. Un (street) artiste qui monte, et j’ai décidé moi aussi d’en faire la pub, parce que les artistes qui se battent le méritent! Pour le site cliquez sur le nom!

(j’traduit la bio (en gros) pour les non-english friendly)

Ben Slow a fait ses armes aux Beaux arts et est diplômé de University of Creative Arts de Canterbury. mais bon, comme beaucoup d’artistes, les cours le déçoivent que ce soit au niveau du monde de l’art ou de son avenir d’artiste.

Il s’installe à Londres, et trouve un job apparemment, mais la vie plan plan le gave. (oui je suis traductrice professionnelle pourquoi?)

Inspiré par la richesse du street art à London, il se remet à peindre. Il poste sont travail sur internet et reçoit plein de retours positifs. Et là, grande classe, on le charge de réunir une équipe d’artistes pour faire une fresque au Royal Albert Hall. C’était sa première oeuvre grand format, et ça lui a donné confiance et envie d’en faire d’autres qu’on peut voir aujourd’hui dans les rues à travers le monde… cool nan?

Voilà pour le principal hein… le reste c’est sur le site!

Pour ma part, je compte bien refaire des trucs avec Alternative London. Ils proposent des Bike tours, des pubs tours, et aussi un Workshop qui a l’air pas mal!

la bise johnny!

A bientôt!

*A*

“Art is the only serious thing in the world. And the artist is the only person who is never serious.” O.W

Oyez Oyez!

La dernière fois que j’ai parlé d’art par ici, je crois que c’était en hommage à nos chers amis hipsters, quoique. Et encore, d’art, d’art, c’est vite dit.

J’aurais envie de dire qu’en ce moment à Londres c’est l’apothéose niveau expos. Sauf qu’à bien y réfléchir, je crois que Londres est tout simplement une apothéose à elle toute seule. I CAN’T BELIEVE IT! Saperlipopette, je ne sais plus où donner de la tête!

Des monstres de l’histoire de l’art sont exposés partout! Rétrospective Lichtenstein à la Tate modern. Du côté de chez moi, à la Hayward Gallery, il y a The light Show, où on peut croiser le travail de Jenny Holzer, François Morellet (froggy power!), James Turrell (que j’aimerais vraiment voir) … et pleins d’autres! Il y a Man Ray également à la National Portrait Gallery.Et puis en même temps que tout ça il y a, le fin du fin, l’expo the Bride and the Bachelors au Barbican Centre, qui réunit Marcel Duchamp, dada qu’on ne présente plus, John Cage le compositeur, Merce Cunningham le chorégraphe, Jasper Johns, peintre, et Robert Rauschenberg qui utilise la peinture mais aussi la sculpture, les collages… Bon evidemment, ces  « huge » expositions dont je viens de vous parler sont payantes. Et en général je ne vais pas aux expos payantes, il y a tant à voir dans les musées gratuits de Londres…assez en tout cas pour satisfaire mon esprit vagabond (et radin?).

Mais là, ça serait vraiment stupide de ne pas au moins en voir une! Et j’ai choisi sans hésiter (ce qui est rare chez moi)! Ce sera le Dada et les années 50-60. Je vous conseille (je ne l’ai pas encore vue pourtant) à tous cet expo, franchement. Même, et surtout, aux hermétiques à l’art contemporain. Cette expo réunit des artistes qui ont révolutionné leurs domaines, qui ont changé la perception de l’art, du corps, de la musique, du spectateur. L’art contemporain ne serait pas, si ces artistes là (et d’autres bien sûr, mais quand même) n’avaient pas bouleversé les codes de l’art. Vous pourrez comprendre le pourquoi du comment… (Vous pourrez comprendre pourquoi aujourd’hui on se masturbe l’esprit sur une chaise ou un mur blanc,oui je fais ma vilaine). En bref, cette expo est la clef!!! Et c’est celle que j’irai voir. Excitation! Je vais enfin admirer la pissotière de Marcel et ça, ça n’a pas de prix. Enfin si, 12 pounds, mais c’est vraiment pas la mort, ça serait même 50 que j’irai tiens!

Bon, of course, à part les expos payantes, il y a bien sûr les je ne sais combien de musées à Londres, tous gratuits, et ils sont là pour vous régaler avec leurs expos permanentes. Alors Gavez vous! #pornart

Pour ma part,  quand je veux me vider l’esprit d’un côté et le remplir d’un autre, je vais dans les galeries. La semaine dernière je me suis enfin rendue à la Tate Britain.En effet on est tous à fond sur la grosse Tate Modern, mais on en oublie souvent sa petite soeur, la Tate Britain (Il y a d’ailleurs l’expo Kurt Schwitters en ce moment! quand je vous dit qu’on se gave à London!), première « Tate » du réseau des Tates (cf wikipédia hein!) . Excusez cet article brouillon, mais c’est la passion que voulez vous…

A la tate Britain donc, qui est en train de subir un petit lifting, vous pourrez admirer énormément d’artistes anglais du XVIII° siècle. Thomas Gainsborough, par exemple, mais je n’en suis pas spécialement fan. En ce moment il y a une expo « British family », qui réunit des représentations de …familles anglaises. Les oeuvres sont de différentes époques, et sont en relation les unes avec les autres, je veux dire par là qu’il est intéressant de comparer la vision de la famille du XVIII°, avec une photo de famille de Martin Parr de 1983 par exemple.

On peut aussi croiser des croquis. Alors on a tous la vision en tête de ce qu’est un croquis n’est ce pas? Bon eh bien les croquis d’artistes visibles là-bas sont aussi travaillés que les fresques de la Chapelle Sixtine (pour faire grosse comparaison). Ce sont plus des tableaux inachevés que des croquis quoi…

Bon évidemment y’a des oeuvres boring comme partout, des enfilades de portraits de gens inconnus, comme la duchesse Von de truc, et ses douze enfants posant sous un pêcher un beau matin de Mai…….. mais il y a aussi des oeuvres surprenantes, différentes, à l’aspect un peu « fantaisy », « apocalypse », ou « sale » (mes préférés). Pardonnez moi de ne pas pouvoir citer plus de noms.

Un artiste dans le genre que j’appelle « sale » et que j’aime bien :  Henry Fuseli. Là-bas, vous pourrez voir Titania and Bottom réalisé en 1790. (c’est pas de l’image hipster ça s’te plait?)

John Henry Fuseli, Titania Bottom, 1790.

John Henry Fuseli, Titania Bottom, 1790.

Je vous invite à aller voir également Le cauchemard, de Fuseli of course.

Et enfin et surtout, à la Tate Britain, il y a le travail de Turner. A peu près 2500 pièces du peintre (toujours plus productif le type), du début de son oeuvre (le mec à mon âge (tu me diras c’est pas si jeune, et oui je fais une parenthèse dans la parenthèse) était déjà reconnu comme THE génie quoi!) à la fin de sa vie. Bon je ne m’étalerai pas sur Joseph Mallord William de son prénom, parce que 1 il y aurait trop à dire, 2, je suis en train de sauter mon repas pour finir cet article (#monblogcestmavie #suisjefolle) et 3, je vous sens un peu « bored » là non?

Je voudrais juste finir sur une petite anecdote qui ne vous intéressera surement pas, je ne suis même pas sûre qu’on puisse qualifier ça d’anecdote.

Tout le travail de Turner ne se trouve pas à la Tate. Avez vous vu Skyfall? eh bien lorsque James Bond rejoint le nouveau Docteur Q pour la première fois (sexy petit Ben Wishaw je te veux), il se rend à la national Gallery, et ils se rencontrent tous les deux devant un tableau de Turner, le plus British des artistes (ils sont chauvin ces roastbeefs!), et pas n’importe lequel.

Il s’agit de Pluie, Vapeur et Vitesse – Le Grand Chemin de Fer de l’Ouest réalisé en 1844.

Turner, Pluie, Vapeur et Vitesse - Le Grand Chemin de Fer de l’Ouest, 1844

Turner, Pluie, Vapeur et Vitesse – Le Grand Chemin de Fer de l’Ouest, 1844

Ce tableau est sans doute un des plus connu de Turner, et vous pouvez aller le voir à la national Gallery de Londres. Il représente la confrontation de deux époques, et l’arrivée révolutionnaire de la vapeur. (et la je prie pour que mes profs d’histoires de l’art ne me lisent pas).

Bref, cette scène m’a marquée, parce que j’étais allée peu de temps avant à la N Gallery, je vous rassure je me souviens d’autres passages du film, enfin je crois, j’ai bien aimé la sale face blonde de Javier par exemple.

Allez,

je vous laisse, en espérant vous croiser dans un musée ici ou là…

*A*

Photos trouvées sur le web.